Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu en soutien à la mobilisation des salarié-e-s de Canauxrama

 

Mme Danielle SIMONNET.- Il faut comprendre que ce mouvement de grève des salariés de l’entreprise Canauxrama a débuté le vendredi 24 mai. Ils sont matelots, guides, capitaines, employés de bureau et ils réalisent des croisières sur le canal Saint-Martin et sur la Seine et ses canaux.

Il faut savoir que les bureaux de la société Canauxrama sont propriété de la Ville de Paris. Ils sont alloués pour vingt ans via une convention d’occupation du domaine public qui date d’octobre 2013, ainsi que les trois zones de stationnement pour bateaux, deux sur le bassin de la Villette et un sur le bassin de l’Arsenal.

Cela nous préoccupe, en tant que Ville de Paris, à plus d’un titre. D’abord parce que le traitement des salariés qui travaillent dans la Ville de Paris nous préoccupe. Dans le discours que j’entends souvent ici sur le tourisme, il me paraît important que l’on soit exigeant sur le respect des conditions de travail dans le tourisme.

Je n’ai pas eu encore l’information sur la fin de leur grève et les conditions dans ce cas d’arrêt de leur grève. Leur grève était liée au fait qu’ils dénonçaient des sous-effectifs qui les amenaient à avoir une polyvalence imposée, obligeant les personnels à avoir des rôles totalement différents et tout cela dans un contexte de travail fort dégradé, avec des relations humaines très problématiques et des propos sexistes, racistes, homophobes d’un de leurs responsables.

La direction de l’entreprise avait carrément décidé de remplacer les grévistes par des intérimaires et des salariés précaires employés par une autre entreprise, notamment les Vedettes du Pont Neuf, ce qui n’est pas acceptable, tout cela parce qu’ils appartiennent au même groupe. C’est totalement illégal. Pire, l’entreprise a même menacé les grévistes de les licencier à l’issue de leur grève.

Je pense qu’il est important a minima, quelle que soit l’issue de la grève, qu’il y ait un courrier de la Ville de Paris pour leur dire que nous sommes attachés au respect du Code du travail, que l’on exprime notre soutien aux salariés et qu’on souhaite que l’entreprise soit en capacité d’avoir de réelles négociations respectueuses du Code du travail avec l’ensemble de ses salariés, afin d’entendre leurs revendications pour de meilleures conditions de travail.

Je vous remercie.

 

Mon vœu : 

Téléchargez (PDF, 53KB)