Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu relatif au devenir des bâtiments de la petite ceinture appartenant à la SNCF

Mme Danielle SIMONNET. – Je pense que Mme la Maire a raison de s’impliquer dans le C40. Pourtant, cela dépasse les compétences de ce Conseil. Nous nous préoccupons du global mais aussi du local.

Puisqu’il s’agit de la petite ceinture, donc dans les limites du périphérique, j’espère qu’il y aura une autre réponse. Souvenez-vous du précédent Conseil de Paris. Une délibération inscrite à l’ordre du jour visait à créer une société par actions simplifiée à deux actionnaires, la Ville et la S.N.C.F., pour décider du devenir des bâtiments de la petite ceinture appartenant à la S.N.C.F. Nous étions un certain nombre d’élus et de groupes à estimer que son objectif était d’en faire une machine à cash et que son cadre n’était pas démocratique. Son conseil d’administration de 6 à 8 membres aurait en effet exclu les maires d’arrondissement, qui plus est les associations et les citoyens.

Or, il faut préserver le devenir de la petite ceinture qui est un poumon vert, un espace de biodiversité. Il faut absolument qu’il soit libéré de toute emprise marchande. Le devenir de ces bâtiments doit faire l’objet, à mon sens, d’un vote des Parisiens et des Parisiennes. La Mairie de Paris doit réaffirmer son attachement à préserver la petite ceinture.

Il faut informer les conseillers de Paris sur la petite ceinture, notamment au niveau de Rosa Parks, puisque vous aviez pris un engagement sur la réversibilité fonctionnelle de la Petite ceinture.

Je vous remercie.

 

Mon vœu : 

 

Téléchargez (PDF, 89KB)