Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu relatif à la préservation des forêts et à la forêt de la Corniche des Forts à Romainville

Mme Danielle SIMONNET. – Bon. Concernant ce vœu n° 73 relatif à la préservation des forêts et de la forêt de la Corniche des Forts à Romainville, mes chers collègues, on ne peut pas à la fois avoir des grands engagements en faveur du climat, citer les conclusions du rapport du G.I.E.C. et se moquer du devenir d’une forêt à deux kilomètres de Paris.

Le rapport récent du G.I.E.C. nous dit que nous avons 12 ans pour essayer de sauver notre écosystème et qu’un des leviers, c’est notamment d’étendre les forêts diversifiées. Ce n’est donc pas de les détruire. Or le projet de base de loisirs sur le site de la Corniche des Forts vise à s’attaquer à une partie d’une forêt sauvage de 27 hectares qui repose sur une ancienne carrière de gypse qui a été formulée en 1992.

On n’entend strictement rien dans cette Assemblée mais vous vous en moquez, d’ailleurs. Mme la Maire s’en moque royalement, elle ne m’écoute pas… Comment allez-vous, Madame la Maire ? Non… Cela va bien ? Cela va bien ? Je ne vous dérange pas dans les discussions ?

 

Mme Danielle SIMONNET. – Je termine, si vous écoutez. Si vous n’écoutez pas, je n’en vois pas trop l’intérêt… Soit les personnes écoutent et sont dans cette assemblée, soit…

Pour terminer, j’estime qu’il faut soutenir et qu’il faut se préoccuper de ce qu’il se passe, pas simplement à l’intérieur du boulevard périphérique, mais aussi à l’extérieur. Nous devons interpeller la Région Ile-de-France pour qu’il y ait un moratoire sur la forêt de la Corniche des Forts afin de préserver ce lieu décisif pour la biodiversité, la lutte contre le réchauffement climatique, l’indispensable éducation à l’environnement.

Je souhaite aussi que nous interpellions le Gouvernement sur l’évolution de l’O.N.F. et du mépris des forêts. Je n’ai pas le temps de développer cet axe.

 

Mon vœu : 

 

Téléchargez (PDF, 68KB)