Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu relatif à l’interdiction des trottinettes en free-floating

 

Mme Danielle SIMONNET.- Vos mesurettes ne sont pas à la hauteur du problème. Ce n’est quand même pas la première fois que nous abordons la question du “free floating” de trottinettes dans cette instance. Je le dis et je le répète : il faut assumer d’interdire ce “free floating” de trottinettes ! Parce que nous avons un problème d’accidentologie grave. Parce que c’est un envahissement de l’espace public inacceptable par des opérateurs privés. Parce que les usagers des trottinettes – les études le montrent – ne sont pas des personnes qui s’éloignent de la voiture pour utiliser cet autre moyen de transport : ce sont généralement des piétons. Très peu de personnes l’utilisent pour faire les distances domicile-travail au quotidien. Ce n’est donc pas un impératif. L’impératif serait d’assumer enfin les ambitions sur le Plan Vélo, par exemple.

Surtout que, derrière, qu’est-ce que c’est ? C’est quelque chose de totalement antiécologique car la durée de vie des trottinettes est dérisoire. C’est en plus une surexploitation sociale car les travailleurs en situation d’auto-entrepreneur sont chargés d’aller chercher les trottinettes, de les ramasser, de les recharger et de les remettre en service. C’est de la surexploitation qui date du Moyen Age ! C’est honteux ! C’est payé à la tâche !

Hier matin, des citoyens sont allés ramasser toutes les trottinettes qu’il y avait dans le quartier. Ils ont fait un magnifique empilement de trottinettes que M. Geoffroy BOULARD a d’ailleurs pris en photo, en se disant : “C’est étonnant ! C’est scandaleux, ces trottinettes !”

Combien de temps cela a duré ? Personne ne les avait déplacées. Nous avons fait cela le matin ; il était 8 heures du matin. Je félicite d’ailleurs la rapidité des forces de l’ordre pour intervenir, mais nous avons eu le temps de faire la vidéo et de sortir nos pancartes.

C’est surréaliste ! Interdisons le “free floating” ! La charte de la Mairie de Paris, comme l’article 18 du texte initial de la loi L.O.M., légitime le “free floating” ; il faut le combattre politiquement ! Il ne faut pas chercher à avoir une petite recette par le biais de concessions ; il ne faut pas essayer d’avoir des chartes complètement pipeaux. Il faut interdire cela !

Je vous remercie.

 

Mon vœu a été rejeté. Aucun groupe de la majorité ne l’a soutenu. 

 

Téléchargez (PDF, 51KB)