Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Voeu relatif à l’hébergement des personnes sans abri

Mon intervention :

 

Mme Danielle SIMONNET. – Pour ce vœu n° 53, je souhaiterais attirer votre attention sur le fait que la lutte contre l’exclusion, on peut en faire une grande cause de la mandature et pour autant être très loin de réussir à atteindre nos objectifs, reconnaissons-le.

Parce que l’hébergement des personnes sans abri, écoutez-moi Madame VERSINI d’abord… Notre objectif, Madame VERSINI, et je suis persuadée que c’est le vôtre également, ne peut être que celui-ci : qu’il n’y ait personne à la rue.

Or, nous ne sommes pas dans une situation où nous avons cet objectif.

Nous avons compté 3.000 personnes sans abri auxquelles s’ajoute toutes celles et ceux qui étaient déjà dans les différents dispositifs grand froid, plan hivernal l’hiver dernier, or force est de constater que la création des places d’hébergement d’urgence prévues par le Gouvernement ne permettra pas à ces 3.000 personnes à la rue de ne pas se retrouver dans la même situation cet hiver.

Dans un contexte qui est encore plus compliqué, encore plus difficile, puisqu’il y a eu une augmentation du nombre d’expulsions locatives avant la trêve hivernale.

Donc, on a beau, oui, Madame la Maire, en faire la grande cause de notre mandature, nous sommes face à une situation d’urgence sociale encore plus critique cet hiver qu’elle ne l’était l’an dernier. Et quand je dis cela, je ne nie pas les efforts conséquents faits par la Mairie de Paris. Cependant, force est de constater que ces efforts ne sont pas en capacité de répondre à l’intégralité des besoins. Pourtant, je reconnais que, dans les efforts qui sont faits, nous allons bien souvent au-delà de nos compétences et que l’Etat et le Gouvernement n’assument pas l’ensemble de leur compétence.

Je propose des pistes concrètes. Je reviendrai inlassablement sur le dossier de l’Hôtel-Dieu. Cela fait plusieurs années et je continuerai…

 

Mme Danielle SIMONNET. – Cela fait plusieurs hivers que plus d’un tiers de l’Hôtel-Dieu est utilisé. Vous avez les lits, la place et tout ce qu’il faut ! Pourquoi ne sommes-nous pas, avec l’A.P.-H.P., de faire en sorte que cette surface soit adaptée à un centre d’hébergement d’urgence pérenne ? L’hiver dernier, il y avait eu des places dans ce lieu.

Je vous remercie.

 

Mon vœu : 

Téléchargez (PDF, 65KB)