Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Voeu pour ne pas autoriser les Prières anti IVG du groupe “SOS tout Petits”

Mme Danielle SIMONNET. – Le collectif “SOS tout petits”, qui hélas est bien connu pour avoir conduit depuis 1986 des actions communément appelées “commandos anti I.V.G.” et dont le responsable, le docteur DOR, a déjà été condamné devant la justice, a organisé des prières publiques contre l’avortement, samedi 17 septembre dernier, devant le centre I.V.G. de l’hôpital Tenon.

Je vous rappelle qu’à l’hôpital Tenon, il y a eu une forte mobilisation du collectif de défense du centre I.V.G. à laquelle notre majorité s’est associée. Je pense aussi à l’engagement de Fatima LALEM pour défendre ce centre. À travers ce vœu, nous voulons demander au préfet de police, comme c’est dans son pouvoir, de ne pas donner les autorisations de rassemblement pour prière publique à ce collectif en raison de deux arguments.

Premièrement, le principe de la laïcité stipule que les prières doivent se faire d’abord et avant tout dans les lieux de culte et qu’il n’y a aucune tradition locale autour de Gambetta, qui justifie des prières publiques devant ce centre IVG.

Deuxièmement, la loi Neiertz, très claire, condamne toute entrave à l’I.V.G. et toute entrave de nature à traumatiser des femmes qui pourraient se rendre dans cet hôpital. Compte tenu que ces manifestations ont obstrué l’accès à l’hôpital, et qu’il y a eu manifestement trouble à l’ordre public, il y a toutes les raisons du point de vue de la loi d’interdire ces rassemblements.

Voilà pourquoi, mes chers collègues, je vous demande d’adopter massivement ce vœu au nom à la fois de la laïcité et de son respect dans sa pratique et du respect des droits des femmes. Je vous remercie.

Après la présentation du vœu de l’exécutif et du refus du Préfet d’interdire ces rassemblements…

Mme Danielle SIMONNET. – Nous nous félicitons que le vœu de l’Exécutif nous permette de tous nous retrouver dans cette bataille-là, et je rappellerai à la Préfecture de Police de Paris que le tract qui convoque à ces manifestations est bien un tract invitant à des prières.

Oui, c’est bien une manifestation cultuelle ! Et oui, les slogans et les prières lancées à cette occasion-là sont vraiment de nature à traumatiser les femmes qui viennent au centre I.V.G.

Du point de vue de la loi et des circulaires transmises au préfet, on est donc tout à fait en droit d’exiger son application pour demander l’interdiction de ces rassemblements.