Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Voeu pour la préemption du 73, bd Davout pour reloger 10 classes de la rue du Clos

Mme Danielle SIMONNET. -Monsieur le Maire, mes chers collègues, le désenclavement de l’îlot du Clos fait partie des principaux objectifs du projet de territoire pour le G.P.R.U. Saint-Blaise voté en 2005 et comme vous le savez, l’école du Clos est située au cœur de cet îlot et accueille 20 classes dans une configuration extrêmement difficile, puisqu’il y a des jets d’objets récurrents et que la cour de l’école a dû être protégée de longue date par des filets et des auvents.

La relocalisation sur un autre site de la moitié des classes du groupe scolaire du Clos est donc un objectif recherché depuis de très nombreuses années et la seule possibilité identifiée depuis plusieurs années de relocaliser 10 des classes de cette école est constituée de l’ensemble composé des parcelles qui vont du 61 au 75, boulevard Davout. Il existe en ce moment une opportunité unique d’acquérir ces parcelles pour y construire à terme une nouvelle école et notamment la parcelle du 73, boulevard Davout.

Il faut savoir que des promoteurs privés sont intéressés par ces parcelles. Il est nécessaire de réaliser cette acquisition en 2012 au plus tard pour que cette opportunité unique soit saisie et c’est pourquoi nous demandons à travers ce vœu que la Ville de Paris prévoit dans le cadre de son budget 2012 le montant nécessaire pour réaliser les acquisitions de parcelles correspondantes pour localiser 10 classes de l’école du Clos et sachez que les parents d’élèves et les habitants du quartier sont extrêmement mobilisés et qu’il est important pour nous tous ici présents que nous saisissions cette opportunité.

Je vous remercie.

L’exécutif nous demande de retirer notre vœu, expliquant que le dossier est à l’étude et serait prochainement arbitré…Nous décidons de maintenir notre voeu…

Mme Danielle SIMONNET. – Je remercie les engagements oraux qui sont pris, mais le problème est que cela fait plus d’un an et demi, et encore depuis même plus longtemps, qu’on attend des arbitrages, à chaque fois le mois suivant. Nous prenons acte qu’a priori la situation va enfin se débloquer mais nous maintenons ce vœu car il y a une forte demande et on ne souhaiterait pas que l’on passe à côté de cette opportunité.

Merci

Notre vœu n’a pas été adopté par le Conseil de paris, mais nous poursuivrons la bataille !