Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Voeu pour une orientation vers la mise à l’abri et non le recours à la répression

Conseil de Paris des 30 et 31 janvier et 1er février 2017

Sur proposition de Danielle Simonnet

Voeu pour une orientation vers la mise à l’abri et non le recours à la répression

 

Considérant que pour faire face à la vague de grand froid, et à la pénurie de places d’hébergement d’urgence, le gouvernement a mis en place un « pilotage national quotidien », afin d’anticiper au mieux les besoins supplémentaires durant cette période,

 

Considérant que dans ce cadre la Ville de Paris a ouvert sept lieux municipaux, pour un total de 259 places, qui sont venus s’ajouter à ceux déjà ouverts par l’État en cette période hivernale,

 

Considérant néanmoins que Médecins Sans Frontières a dénoncé une systématisation des violences policières qui ciblent les centaines de migrants parisiens en errance dans la capitale, notamment dans les alentours des quartiers de La Chapelle et Pajol,

 

Considérant que le témoignage de Médecins sans frontières, corroboré par d’autres témoignages associatifs et citoyens font état d’interventions de policiers qui harcèlent notamment les exilés à la rue en leur confisquant leurs couvertures, utilisant parfois des gaz lacrymogènes pour les réveiller et les disperser, allant jusqu’à leur interdire de s’asseoir dans la file d’attente du centre humanitaire de la Chapelle où ils attendent une place d’hébergement,

 

Considérant que la situation a révélé une saturation du Centre Humanitaire de Paris, laissant entre 100 à 200 exilés à la rue,

 

Considérant que la ligne téléphonique du 115 est en totale sursaturation et qu’il est souvent impossible de joindre qui que ce soit avant trois appels nécessitant de longues attentes,

 

Considérant que depuis l’évacuation du dernier campement à Stalingrad début novembre, le gouvernement a annoncé qu’aucun nouveau campement ne sera toléré, grillageant les anciens lieux de regroupement des migrants, et intensifiant les patrouilles, que la Mairie de Paris a également eu recours au financement de société de sécurité privées pour empêcher tout nouveau campement,

 

Considérant que si les campements de fortune à même la rue sont indignes pour les exilés, leur faire subir des violences et un harcèlement l’est plus encore et aggrave leur mise en danger alors que face au froid aucune personne, quelque soit sa situation administrative ne devrait être laissée à la rue,

 

Considérant que l’association Droit au logement a pris l’initiative d’occuper le 7 janvier les locaux de l’Hôtel Dieu et a obtenu la mise à l’abri de familles à raison de 35 places mais que les locaux vacants pourraient en accueillir bien plus, soit au moins une centaine, considérant que six salles sont inoccupées,

 

Considérant que les associations Médecins sans frontières, Utopia58, Emmaüs se mobilisent dans la mise à l’abri de façon complémentaire pour tenter de pallier aux insuffisances de places,

 

Considérant que nombres de parisiennes et de parisiens tentent d’apporter également leur aide témoignant ainsi de la solidarité forte sur la capitale,

 

Considérant que si les maraudes sociales des services de la ville et les associations contribuent à aider à l’orientation des sans abris, les citoyen-ne-s doivent également pouvoir orienter les sans abris,  

 

Sur proposition de Danielle Simonnet, le Conseil de Paris émet le voeu que :

 

  • la Maire de Paris poursuive et amplifie les moyens mis en oeuvre pour que les capacités d’accueil pour les mises à l’abri correspondent aux besoins, en lien avec les services de l’Etat,
  • la Maire de Paris interpelle l’AP-HP afin que les capacités d’accueil pour les familles à l’Hôtel-Dieu soient augmentées,
  • la Maire de Paris interpelle la Préfecture pour que le harcèlement et les violences policières à l’encontre des sans abris dont les exilés cessent et qu’au contraire les services de police alertent systématiquement les services sociaux pour qu’ils puissent proposer les mises à l’abri,
  • que la Maire de Paris exige que les moyens au niveau du 115 soient fortement amplifiés afin de permettre à tous les sans abris et à tous les citoyens qui leurs viennent en aide de pouvoir être orientés vers les dispositifs de mise à l’abri.
View Fullscreen