Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Voeu en faveur de la remunicipalisation de Vélib’

 

Mme Danielle SIMONNET.- Dans le même sujet que celui qui vient d’être présenté, il faut regarder la réalité en face. Le fiasco Vélib’ est toujours extrêmement problématique. Vous rendez-vous compte ? A peine 50 % de vélos accessibles, c’est complètement surréaliste ! Il faut comprendre pourquoi cela dysfonctionne à ce point-là. Rappelez-vous quand le marché a été passé : l’entreprise qui l’a remporté était celle qui présentait le moins-disant social. Elle était moins chère, mais parce qu’il y avait aussi moins d’effectifs et un système extrêmement défaillant.

De fait, il faut regarder la réalité en face : Smoovengo n’est pas en capacité aujourd’hui d’honorer la qualité du service attendu par un prestataire de la Ville de Paris. Nous sommes toujours face à une chute très problématique de la disponibilité des vélos. Beaucoup de citoyens et de citoyennes de Paris disent finalement ne pas renouveler leur abonnement à Vélib’ et préférer d’autres modes de déplacement. Ils s’éloignent de Vélib’, sans forcément par ailleurs, hélas, accéder à leur propre vélo personnel. Cela est très problématique car, je le rappelle, le dispositif Vélib’ est d’autant plus urgent quand on voit le dernier rapport du G.I.E.C. Il faut absolument transformer Paris en une ville cyclable. Cela ne passe pas que par Vélib’, mais Vélib’ joue un rôle pour y contribuer.

Je voudrais rajouter que Smoovengo, dans sa pratique antisociale, avait quand même licencié les grévistes. Finalement, elle a été obligée de réembaucher beaucoup de salariés pour pouvoir essayer d’honorer.

Je terminerai en disant…

 

Mme Danielle SIMONNET.- Je demande la municipalisation de Vélib’. Si c’était municipal, ce serait bien mieux géré.

 

Mon vœu a été rejeté. Aucun des groupes de la majorité ne l’a soutenu.

 

Téléchargez (PDF, 55KB)