Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Restauration scolaire : la délégation à la Sogeres dans le 18e doit cesser

Mon intervention :

 

Mme Danielle SIMONNET. – Je partage ce qui vient d’être dit. J’ai été contacté par les parents d’élèves du collectif “Les enfants du 18e mangent ça” et c’est vrai qu’il y a une mobilisation des parents qui ne date pas d’hier, sur le 18e, au sujet de la cantine scolaire. Cela fait des années et des années qu’il y a un mécontentement grandissant sur la restauration scolaire.

Il me semble que l’égalité de traitement de tous les élèves à Paris doit être garantie à toutes les familles et la question de la cantine et des conditions de la cantine en est une. La qualité de la cantine scolaire est une des conditions de la bonne santé de l’enfant, de son bien-être à l’école, de sa disponibilité aux apprentissages et de son éducation au sens large.

La spécificité à Paris de l’organisation de la cantine scolaire dans le 18e arrondissement est problématique. C’est le seul arrondissement qui a confié à un prestataire privé sa gestion dans le cadre d’une subdélégation de service public renouvelée en juillet dernier pour 5 années supplémentaires. La mobilisation des parents de ce collectif, les pétitions d’enfants depuis plusieurs mois pour obtenir une information complète et transparente sur la composition des repas servis aux enfants et l’absence de réponse satisfaisante à ce jour, doivent enfin être entendues dans cette instance.

Il y a une opacité qui caractérise la situation dans le 18e arrondissement : impossibilité d’accéder à la version actualisée du cahier des charges, interdiction d’accès des parents élus au réfectoire, en infraction du Code de l’éducation.

C’est ce que me disent les parents ; je ne l’invente pas. A ce moment-là, vous avez un déficit d’information vis-à-vis des parents, Monsieur le Maire. Il y a des manquements constatés sur le plan quantitatif, sur le grammage insuffisant, des fruits partagés entre plusieurs élèves, des manques de plateaux-repas et des problèmes qualitatifs, des produits ultra-transformés, cause de faim chez les enfants, et un gaspillage alimentaire important. Encore une fois, ce sont les informations qui remontent des parents. Si vous estimez qu’elles ne sont pas valables, c’est donc qu’il y a un déficit de communication vis-à-vis des parents a minima.

Il y a une insuffisance de moyens de contrôle du prestataire mis en œuvre par la mairie du 18e. Un contrôle par mois en cuisine centrale encore jamais effectué selon eux à cette date, et les nombreux manquements potentiels en découlant. Le prix de revient d’un repas dans le 18e arrondissement est le plus élevé de Paris et le gaspillage d’argent public qui en découle au profit des actionnaires de la “Sogeres”, prestataire privé de la mairie du 18e, il faut y mettre un terme.

Je voterai donc le vœu de la majorité du 18e et du compromis qu’ils proposent, mais je vous propose également de voter le vœu que je présente et qui a été rédigé avec les parents du 18e. Ils proposent quoi ? De faire respecter le Code de l’éducation et ainsi de permettre un véritable contrôle citoyen par le libre accès des réfectoires aux parents élus. De permettre l’obtention rapide de la composition des ingrédients entrant dans la composition des menus afin de garantir la bonne information des parents d’élèves. Enfin, d’engager une évaluation et un débat permettant d’envisager de mettre fin à la délégation de service public de la cantine scolaire dans le 18e arrondissement.

En effet, dans le 18e arrondissement aussi, il faut enfin sortir de la gestion par le privé et arriver à une régie directe.

Je vous remercie.

 

 

Mon vœu a été rejeté…  Mais face au rapport de force des parents, la mairie va être obligée d’exiger de la Sogeres bien plus de transparence. La bataille continue !

 

Mon vœu :

 

Téléchargez (PDF, 57KB)