Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Voeu en faveur des migrants tunisiens suite à l’incendie de Pantin

Mme Danielle SIMONNET. – Mes chers collègues, six migrants d’Egypte et de Tunisie sont morts mercredi 28 septembre dans l’incendie du squat qu’ils occupaient à Pantin. Il faut savoir qu’il s’agit de l’un des incendies les plus meurtriers depuis celui de l’hôtel Paris Opéra du 15 avril 2005 où 25 personnes, dont 10 enfants, étaient mortes.

La Ville de Paris s’est fortement impliquée dans les dispositifs d’urgence envers les migrants tunisiens. Malgré nombre d’interpellations du Gouvernement, l’Etat et la Préfecture de Paris avaient toujours refusé d’ouvrir les centres d’hébergement d’urgence pour venir en aide à ces jeunes migrants.

Je voudrais, à travers ce vœu, au nom du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, redire que ce drame de Pantin aurait pu être évité, que ce drame de Pantin aurait dû être évité. Il aurait pu être évité si l’ensemble des pouvoirs publics, donc en premier lieu l’Etat, dont c’est le ressort, avait pris ses responsabilités et assurer un hébergement digne et sécurisé pour l’ensemble des migrants tunisiens.

Tout doit être fait pour éviter qu’un nouveau drame similaire n’ait lieu sur Paris et la Région parisienne à l’approche de l’hiver, où nous savons pertinemment qu’il y a encore un certain nombre de jeunes migrants tunisiens qui errent dans les rues de Paris et de la Région parisienne.

On sait pertinemment que l’Etat tunisien, lui, a montré sa capacité d’accueillir plusieurs centaines de milliers de réfugiés libyens et que la France, pays bien plus riche, terre d’asile et d’accueil, a tout à fait les moyens d’accueillir quelques milliers de migrants tunisiens.

A travers ce vœu, nous sollicitons le Maire de Paris pour qu’il réinterpelle à nouveau le Gouvernement :

  • pour qu’il débloque à la fois immédiatement, à l’intention de l’ensemble des migrants tunisiens, les moyens humanitaires d’urgence, en procédant notamment à le la réouverture des centres d’hébergement ;
  • pour que le Gouvernement applique sans discrimination les dispositifs d’aides liés au retour pour ceux qui le souhaitent, avec notamment l’application des conditions prévues par les accords franco-tunisiens ;
  • enfin, pour que le Gouvernement permette la régularisation administrative de l’ensemble des jeunes migrants tunisiens qui se trouvent sur notre territoire.

Je vous remercie.

Mme Danielle SIMONNET. – Je me félicite que notre collectivité continue et prenne en charge, dans le cadre du droit commun, les jeunes migrants tunisiens, je pense que c’est extrêmement important et, évidemment, je me réjouis de cette suggestion.

Je pense qu’il faut absolument que nous mettions tout le poids de notre côté et saisir le Sénat est une très bonne initiative.

Je vous remercie.

Le vœu a été adopté et l’exécutif a proposé une adresse toute particulière en direction du Président du Sénat, afin que la haute assemblée, enfin à gauche puisse relayer cette bataille. Evidemment, la droite a voté contre…