Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu contre toute révision du PLU concernant l’Hôtel Dieu

 

Mme Danielle SIMONNET.- Mes chers collègues, en pleine grève des urgences du fait de leur sursaturation et de leurs sous-effectifs en personnels de santé, on a appris que la Ville de Paris avait donné son accord à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris pour qu’une partie de l’Hôtel-Dieu soit cédée pour 80 ans contre 144 millions d’euros seulement pour, entre autres, un restaurant gastronomique et des commerces.

D’un strict point de vue économique, c’est une braderie, cette négociation financière, car cela revient à 7,50 euros le mètre carré alors qu’un logement devrait être en moyenne à 30 euros le mètre carré.

C’est le promoteur Novaxia qui a été retenu, celui qui a déjà transformé La Poste du Louvre en hôtel 5 étoiles, l’ancien hôtel des impôts de Nice en hôtel 3 étoiles et j’en passe. Ce choix de marchandisation d’une partie de l’Hôtel-Dieu répond à une volonté de renforcer l’attractivité touristique de Paris, mais cette attractivité touristique au profit d’un tourisme de masse est totalement contraire à l’enjeu climatique. Ce choix de marchandiser l’Hôtel-Dieu répond aussi à la volonté de l’A.P.-H.P. de brader l’ensemble de son foncier, l’ensemble de son bâti et d’être dans une pure logique économique inacceptable. Je ne cesse de déposer des vœux depuis 2014 pour défendre l’Hôtel-Dieu comme hôpital de proximité devant retrouver nombre de ses services un à un fermés.

Je voudrais dire que si l’A.P.-H.P. a arrêté un projet médical global, reconnaissons qu’il est notoirement insuffisant, qu’il ne répond pas aux besoins. Notons aussi que la situation problématique des sans-abri, des exilés à Paris aurait pu trouver une part de réponse dans cet hôpital où vous avez tant de places non utilisées et qui devrait répondre à un besoin qui est prioritaire sur celui de faire un restaurant gastronomique. Le projet de transformation de l’île de la Cité a-t-il un lien avec cette volonté de modifier cet hôpital ?

Je vous le dis, si la totalité des surfaces de l’Hôtel-Dieu restait affectée à des activités ayant un lien avec la santé, alors il n’y aurait pas besoin de modifier le plan local d’urbanisme. Si vous voulez modifier le plan local d’urbanisme, c’est bien pour en faire autre chose.

Je voudrais attirer l’attention des groupes, groupe Communiste, groupe Ecologiste et groupe “Génération.s”. En 2014, tout le monde était d’accord pour soutenir l’Hôtel-Dieu, tout le monde était d’accord pour refuser une modification du P.L.U. pour que cela reste entièrement un hôpital. Qu’il y ait des activités de santé comme du logement étudiant en médecine ou en soins infirmiers, personne ne le conteste.

Mais attention, ne croyez pas que ce qui compte, ce soit la part réservée à la santé et peu importe qu’une partie soit modifiée pour un restaurant gastronomique. Si aujourd’hui vous cédez et vous acceptez une modification du P.L.U., vous savez très bien quel appétit les promoteurs chercheront à mettre en place comme pression…

 

Mme Danielle SIMONNET.- …vis-à-vis de l’A.P.-H.P. ou vis-à-vis de la Ville de Paris. Ne modifions pas le P.L.U.

 

Téléchargez (PDF, 294KB)