Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu contre la loi de transformation de la Fonction publique et pour que la Ville ne l’applique pas aux détriments des services publics et des fonctionnaires qui les servent

Refusons la réforme de la fonction publique ! Soutien aux organisations syndicales de la Ville

 

Mon intervention pour présenter le vœu :

 

Mme Danielle SIMONNET.- Mes chers collègues, vous avez tous reçu, aujourd’hui, cet excellent tract unitaire intersyndical des agents de la Ville qui nous alerte sur la mort du service public et du statut de la fonction publique qui est programmé, avec leur temps de travail qui sera allongé, et expose tout ce que prépare le Gouvernement comme casse du statut de la fonction publique, et donc, des services publics, et qui, en même temps alerte, en cas d’échec, au cas où, malheureusement, nous n’arriverions pas à faire céder le Gouvernement. Voilà ce sur quoi ils interpellent la Mairie de Paris. Vous avez reçu aussi cette interpellation par mail. Je l’ai traduite en un vœu et je vous invite à le soutenir.

Il faut bien prendre conscience que le projet de loi de transformation de la fonction publique est une attaque d’une exceptionnelle gravité contre la fonction publique, ses missions, ses agents, à laquelle tous les syndicats s’opposent de façon unitaire. Ce projet ouvre la voie à la captation par le privé et la finance de tous les services publics, pouvant même conduire à une privatisation de tout l’appareil d’Etat et des collectivités territoriales. On fait voler en éclats toutes les garanties des agents du service public. L’impartialité des fonctionnaires, le maintien à distance du ( ?) et de la corruption potentielle, vont tous être attaqués. Il y a donc des mesures extrêmement destructrices pour les personnels, leurs missions, leurs compétences, qui font fi de la qualité du service public rendu aux usagers.

La généralisation du recours aux contractuels à tous les niveaux, qui plus est, est précarisée par une politique de contrats de mission, la possibilité de détacher des fonctionnaires d’office en C.D.I. lorsqu’il y aura transfert d’activité au privé, les agents restants se retrouvant de fait dans des corps en voie d’extinction, un peu comme cela se passe à La Poste ou va se passer à la S.N.C.F. Bref, et j’en passe. Ce sont des situations extrêmement graves qui vont aller à l’encontre de la réduction du temps de travail et des accords.

 

Mme Danielle SIMONNET.- Juste une phrase. Je demande, à travers ce vœu, dont je ne peux pas lister tous les points, que la Ville de Paris s’engage à ne pas appliquer l’ensemble des mesures régressives contenues dans la loi de casse de la fonction publique, qu’il s’agisse des C.H.S.C.T., des primes et de l’organisation du temps de travail.

Le vœu a été rejeté…

 

Téléchargez (PDF, 56KB)