Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vélib : l’incompétence au pouvoir à Paris nous coûte cher !

Vélib : l’incompétence au pouvoir à Paris nous coûte cher !

La Présidente du syndicat mixte Autolib Velib métropole et maire socialiste du 12e continue de caresser Smovengo dans le sens du poil en les rassurant : la ville n’engagera pas de résiliation. Exige-t-elle que l’entreprise paye les pénalités prévues dans le contrat pour le grand nombre de stations qui dysfonctionnent, le manque de vélo à assistance électrique ? Non plus.

Paris et les communes du SAVM auront donc payé plus de 32 millions d’euros à Smovengo, assumé les remboursements des abonnements de janvier à août, la moitié de leur prix pour le reste de l’année, pour un fiasco !

Ca suffit ! Cette incompétence coûte cher aux parisien-ne-s. Il faut sauver Vélib’, garantir la continuité du service public et pour ce faire, engager sa municipalisation.

La Ville de Paris a été capable de créer une régie publique de l’eau, elle peut bien gérer le service public de vélo en libre service. La ville de Madrid a dernièrement opté pour la municipalisation et a ainsi économisé 600 000€ par an et a pu augmenter les salaires des travailleurs qui s’en chargent.

A la veille du plan vélo du gouvernement Macron qui risque bien de se solder par zéro moyens pour engager la transition vers les communes cyclables, la France Insoumise engage une votation citoyenne à Paris et dans les communes limitrophes concernées pour la municipalisation de Vélib’. Elle se déroulera du 16 septembre au 14 octobre, dans les quartiers et sur le site : www.sauvonsvelib.vote

Pour lancer cette campagne, une balade à vélo est organisée ce dimanche, à l’occasion de la journée sans voiture, avec un départ à 11h30 de Belleville en direction de Châtelet.

3 Comments

  1. Ma ville, Chatillon, à moins de km de du perif, s’est enfin libérée des vélib et autolib. Le maire de droite a tenté de se retirer des combinatione clientélistes de Delanoe et Hidalgo, mais le système s’est écroulé tout seul, comme un fruit mur.
    Vous évoquez le gaspillage et l’incompétence, là ou il faut voir politique spectacle, copinages et prébendes.
    Le système vélib est un modèle coûteux et dépassé, les chinois en ont fait la preuve avec le free floating.
    Ayons le courage de voir les chiffres en face.
    L’installation initiale d’un vélib sur le trottoir coûte 10.000 €, puis 4000 €/an. le coût kilométrique avoisine 50 cts, autant qu’une voiture moyenne et le double d’un scooter. Chaque course coûte à la ville 1,50€, soit un ticket de métro.
    La seule utilité du vélib à Paris concerne les touristes, dans les quartiers centraux, les utilisateurs réguliers peuvent bien se payer un vélo neuf à 200 €.
    Un aspect souvent occulté est le captage massif et abusif, des données personnelles des utilisateurs (identité, banque, itinéraires pendant la location mais aussi en permanence …
    Pour les autolib même tableau, sauf que le coût unitaire pour les villes d’une course est de 5€, et que la clientèle est plutôt aisée (CSP+).

  2. Bjr Mme le Conseiller :

    Dire que Vlib et AutoLib furent et sont encore des fiasco est une évidence…
    Cette municipalité a voulu “forcer la main” au marché sur un modèle économique non éprouvé et en devenir : ça s appelle de l amateurisme / de l angelisme (socialisant) / de la débilité profonde !

    De votre côté voys prônez dans le nvel obs de ces jours ci une municipqlisation (avec mes impôts, donc) de la solution Vlib = C’est une hérésie de mm nature !
    Si le schema n est DEJA pas rentable pour un acteur privé au point qu’il préfère se barer, il est à peu près évident que ca va être un gouffre pour les finances parisiennes (Autolib = +/- 300 Mio dans le rouge en moins de 10 ans !!!)
    La “bonne” solution si la collectivite municipale future estime que ces mobilités écolos sont toujours un bénéfice pour les citoyens, hors nous venons de voir que le tout privé ou le tout public seraient hors de prix pour l utilusateur selon la premiere option, pour le contribuable dans la seconde…
    Il convient donc de proposer une option mixte ou la collectivité municipale rédige une VRAIE DSP avec de VRAIES OBLIGATIONS CONTRACTUELLES (Nombre de stations, localisations, nombte de véhicules,tarifs admissibles pour l’utilisateur,…) EN CONTREPARTIE D UN LOYER DE LA PART de la Ville qui equilibrera le business model…
    Il syffit de voir ce que font les autres mégalopoles du monde sur ce sujet , Berlin , Barcelone,… n’inventons rien, le bon sens est déjà à portee de main !!!

    Grosses bises
    Ernestine

  3. merci de nous tenir au courant
    le dernier scandale vélib : on nous propose de renouveler notre abonnement à 50%

    La réduction ne porte que sur les 3 mois sep, oct, nov 2018.
    Pourquoi le mois de décembre n’est il pas concerné alors que vélib affirme que le service sera 100% opérationnel en janvier 2019

    J’ai été abonné à vélib presqu’au début du service. aujourd’hui l’infrastructure est pitoyable.
    j’ajoute que la situation du service client bloqué entre des procédures débiles et des clients exaspérés est moralement intenable. est elle valide en droit du travail?

    Pourquoi faut il donner son nom son prénom sa date de naissance pour signifier que les 4 stations vélib que je viens de croiser ne contiennent que des vélos défaillants?

    Pourquoi voit on des vélibs bloqués en station avec des courses de plus de 200heures ?

    Pourquoi la régulation est elle incapable de mettre des vélos dans les stations perpétuellement vides?

    pourquoi nos comptes restent bloqués 24 ou 48h parce que la borne ne prend pas en compte le vélo rendu? pourquoi ce blocage du au mauvais fonctionnement de vélib ne donne t’il pas lieu à une prolongation d’autant de mon abonnement?

    La carte n’est pas fiable. elle est loin de refléter les canons actuels des applis android

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *