Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Retour sur le conseil de Paris de novembre

Retour sur le conseil de Paris de novembre

La séance du Conseil de Paris de novembre a d’abord été celle des orientations budgétaires (mon intervention ici). Macron veut imposer une contractualisation austéritaire aux collectivités : leur imposer un chantage à la réduction des dépenses publiques et de l’investissement sous menace de baisses drastiques de dotations. Si la ville dans le discours s’y oppose, dans les faits elle joue les très bons élèves. Des suppressions de postes, ventes du patrimoines, et autres coups de rabots sont de nouveau à prévoir dans le budget 2018.

Cette séance a également permis d’aborder nombre de sujets écologiques (le programme de prévention des déchets, le plan climat, le règlement local de publicité, les panneaux de JCDecaux, la baignade sur le lac Daumesnil). Si dans le discours et certains actes la prise en compte des enjeux écologiques est réelle, à chaque fois d’autres choix concrets la contredise. Il est temps de repenser l’aménagement du territoire pour réellement prendre en compte que la question écologique est indissociable de la question sociale et nécessite de s’opposer à la main mise des intérêts privés sur la ville. 

J’ai également poussé mon coup de gueule pour soutenir les forains chassés de Paris à ce conseil. Après la fin du marché de Noeël, de la grande Roue, c’est la foire du trône qui est menacée. Et qui en profitera ? Le grand groupe LVMH ? Défendons la tradition populaire foraine à Paris ! 

Crématorium prévu pour le privé, maison de santé privilégiée aux centres de santé, la pollution de l’air et des sols dans certaines crèches parisiennes, l’ouverture des bibliothèques le dimanche alors que les sous effectifs sont criants :  la majorité est de moins en moins attachée aux services publics…

Pendant que la ville donne 50 000€ à l’association Paris Europlace qui iront direct dans un compte HSBC, banque experte dans l’optimisation fiscale, l’accueil des réfugiés, la prise en charge des jeunes isolés étrangers sont toujours insuffisants. L’évasion et la fraude fiscale ont beau être responsable d’un manque de près de 100 milliards d’euros dans les caisses de l’Etat, on continue de soutenir la finance au lieu de répondre aux urgences sociales !
 

En videos :
 

 

 

 

 

 

 

L’ensemble de mes interventions :

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *