Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Sur le prix des loyers parisiens

Mme Danielle SIMONNET.- La situation est catastrophique. Bientôt, Paris sera définitivement une ville réservée aux riches et aux touristes. Il faut savoir que les ouvriers et les employés, qui représentaient dans les 36 % la population parisienne en 2001, ne représentent plus que 25 % aujourd’hui des Parisiennes et des Parisiens, quand ils représentent 51 % de la population totale. Cette discrimination est inacceptable.

Paris, de fait, chasse ses classes populaires, une partie de ses classes moyennes. Alors, que fait-on ? Qu’est-ce qui va changer avec le vœu de l’Exécutif qui est proposé ? La majorité, par le biais de la Maire, va demander au Gouvernement : s’il vous plaît, on aimerait bien qu’il puisse y avoir un gel des loyers, est-ce que vous voudriez bien nous déléguer la compétence ? On connaît la réponse. Ils diront non. Est-ce qu’un seul élu ici a la naïveté de croire que l’actuel Gouvernement Macron va décider d’encadrer les loyers sur Paris, va décider de donner cette compétence ? Non, vous le savez bien.

Alors, quels moyens on se donne pour essayer d’atteindre cet objectif ? Sinon, c’est du pipeau politicien qui permet juste de dire : on avait dit, il aurait fallu donner la compétence sur l’encadrement des loyers.

Je propose une méthode. Puisque ce n’est pas forcément possible juridiquement que l’on ait le droit de faire un référendum sur cette question, au vu de l’encadrement du référendum, que l’on fasse une votation. On en a bien fait sur le climat, alors que tout avait déjà été voté dans cette assemblée et qu’il y avait donc zéro enjeu. Faisons une votation des Parisiennes et Parisiens, pour ou contre le gel des loyers. Je dirais même, pourquoi pas, la baisse des loyers. Parce que, franchement, la situation est tellement scandaleuse, inacceptable, où la spéculation sur le logement a bien emporté sur le droit au logement, la question de la baisse se justifierait.

Du coup, organisons, à travers une votation, les moyens du rapport de force et de la bataille des consciences, sur cette logique du marché totalement inacceptable, qui fait que la finance a totalement envahi la ville. Voilà pourquoi je maintiendrai mon vœu. Je vous remercie.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *