Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Privatisations en chaîne : Macron en rêve, Hidalgo le fait !

Privatisations en chaîne : Macron en rêve, Hidalgo le fait !

 

Même la mort est privatisée…

 

En moins d’une semaine, la Mairie de Paris vient d’annoncer son intention de privatiser la piscine George Rigal dans le 11e, sa participation avec l’AP-HP au dépeçage d’une partie de l’Hôtel Dieu au profit de start-up de santé privées, d’un restaurant gastronomique et de commerce et le recours à une entreprise privée pour la gestion du futur crématorium de la Porte de la Villette et de celui du Père lachaise. Voilà sa conception des communs : un business pour le privé !

Je déposerai des voeux sur ces trois dossiers au prochain conseil de Paris des 11, 12 et 13 juin. J’entends bien contribuer à la mobilisation syndicale et citoyenne contre ces privatisations, pour défendre nos communs !

Alors qu’il ne reste que quelques jours avant les élections européennes, que chacun prenne conscience de la liste qui défend le mieux les services publics dont la privatisation est l’injonction libérale de Bruxelles par ses traités qui conduisent à toujours plus d’austérité et de mise en concurrence. Le 26 mai, on envoie un coup de balai aux listes LREM et RN et on hisse la France insoumise, conduite par Manon Aubry en alternative en la plaçant devant LR !

 

Pour la piscine du 11e :

L’argument avancé est d’en finir avec les grèves des agents. L’ancienne inspectrice du travail, Madame Hidalgo, et son adjoint ex Modem démontrent leur conception du “dialogue social” et du respect des libertés syndicales ! La piscine G.Rigal connaît depuis plusieurs années des difficultés de fonctionnement récurrentes : vétusté, chauffage, étanchéité, sous-effectifs chronique, problèmes de gestion, etc. Le recours à une entreprise privée pour sa gestion et maintenance est une très mauvaise nouvelle pour le public comme pour les agents du service public : fin des embauches de maîtres nageurs de la ville, remplacés par des contractuels payés au lance-pierre, accumulation des activités rémunératrices (aquagym, aquabike, bébés nageurs…) avec la perte de créneaux horaires au détriment des clubs et des associations. Sans parler de la crainte lors du prochain renouvellement de DSP d’une augmentation des tarifs comme c’est le cas dans les 8 piscines parisiennes privatisées (ou en DSP) dont certaines ont des tarifs déjà dissuasifs comme Suzanne Berlioux (Les Halles, 1er), Piscine Pontoise (5e), Joséphine-Baker (13e) ou Pailleron (19e).

 


Pour l’Hôtel-Dieu :

En pleine grève des urgences du fait de leur sur-saturation, la ville participe avec l’AP-HP à la braderie d’une partie de l’Hôtel-Dieu pour 80 ans contre 144 millions d’euros pour entre autres, un restau gastronomique et des commerces. Côté négociation financière, cela revient à 7,5 € du m2 par mois alors qu’en logement on devrait être en moyenne à 30€ du m². C’est vraiment une braderie de nos communs. Et qui va se gaver sur le dos de nos services publics ? Novaxia : ce promoteur a déjà  transformé déjà la Poste du Louvre en hôtel 5 étoiles, l’ancien hôtel des impôts de Nice en hôtel 3*, etc. Je comprends pourquoi tous mes vœux pour défendre l’Hôtel Dieu afin qu’il redevienne un hôpital de proximité et accueille également les sans abris, les exilés, ont toujours été rejetés, ainsi que le dernier qui s’opposait à toute révision du PLU sur l’Hôtel-Dieu pour en modifier le fléchage actuel exclusivement lié à un équipement public de santé. Si le groupe LR s’était abstenu, l’ensemble des groupes de la majorité, y compris les groupes PCF, EELV et Générations avaient voté contre. Il est par ailleurs à craindre que le gouvernement, la Mairie de Paris et l’AP-HP profitent de la restauration de Notre Dame et de la loi sur mesure permettant de déroger aux réglementations de l’urbanisme et du patrimoine pour réactualiser le projet de transformation de l’Île de la Cité au profit de commerces et hôtels de luxe supplémentaires à destination touristique.

(A l’époque je pensais que ce serait le groupe Mulliez qui l’emporterait au profit d’un hôtel de luxe. C’est finalement Novaxia pour un restaurant de luxe. la logique reste la même, comme l’hypocrisie sur ce dossier de la majorité.) 

Déjà en 2014, nous alertions contre la casse de l’hôtel Dieu et les déserts médicaux en promenant un Chameau sur Paris plages, à deux pas de l’hôpital… 

 

Pour le crématorium :

J’avais voté contre la délibération lors du Conseil de Paris de mars 2018 portant sur la création d’une délégation de service public englobant le nouveau crématorium et celui du Père Lachaise. Hélas, là aussi, tous les groupes de la majorité avaient voté pour, y compris le groupe PCF qui aujourd’hui déplore que la Société des crémations de France, filiale du groupe privé Funecap, ait remporté la DSP au détriment de la société d’économie mixte Sempf. Même la mort, avec cette majorité, devient une activité lucrative pouvant être cédée au privé !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *