Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Paris sous tutelle de Bercy ? Refusons cette soumission à la contractualisation !

Paris sous tutelle de Bercy ?  Refusons cette soumission à la contractualisation !

 

Comme 322 autres collectivités locales, la Ville de Paris est sommée de signer un contrat financier avec l’Etat visant à la baisse de ses dépenses de fonctionnement sous peine de subir des sanctions financières. Cette remise en cause de la libre administration de toute collectivité revient de fait à une mise sous tutelle de Bercy ! Aussi autoritaire que le coup d’Etat financier des institutions européennes contre la Grèce, ce chantage austéritaire sera tout aussi inefficace pour Paris qu’il le fut pour la Grèce.

 

Alors que Paris compte 2500 morts prématurés par an du fait de la pollution et plus de 3000 personnes sans logement, la priorité ne doit pas être d’aider l’Etat à respecter une règle d’or européenne absurde !  

Avec des taux d’emprunt historiquement bas et des besoins en termes d’investissement public, il est irresponsable de borner la souveraineté budgétaire de Paris à une hausse maximale des dépenses annuelles de 1,14% et sa capacité de désendettement à 12 ans, au mépris de la réalité. Paris n’a pas de date de péremption mais en revanche des besoins vitaux, importants et urgents, et devrait en profiter pour investir et bâtir un nouveau modèle plus juste socialement et écologiquement responsable pour notre ville.

 

La Maire de Paris avait caractérisé cette contractualisation budgétaire de « non réciproque et non soutenable » en novembre dernier mais s’y soumet déjà !

 

Pire, l’exécutif parisien se vante d’avoir bien négocié, alors qu’il se voit imposer une hausse maximale des dépenses annuelles de 1,14%, encore plus contraignante que les 1,2% que le gouvernement exigeait dans sa loi. Décidément, Anne Hidalgo, affaiblie à deux ans des municipales, veut à tout prix se montrer bonne élève en Macronie.

Quant à l’astuce comptable qui permet à la Ville d’intégrer les loyers capitalisés dans ses actifs budgétaires et d’améliorer son ratio de désendettement, elle n’est autorisée que par le bon vouloir du gouvernement qui peut s’il le souhaite lui interdire l’année suivante de le faire et dispose ainsi d’un moyen de pression supplémentaire sur son élève modèle.

En signant ce contrat, la majorité d’Hidalgo, comme les bourgeois de Calais, voudrait nous faire croire, la corde au cou, à un acte de résistance héroïque. Mais comme pour les bourgeois de Calais, c’est une affaire de soumission avant tout. Et c’est cette défaite que l’Histoire retient.

Je voterai contre ce “contrat” entre l’Etat et Paris et je présenterai un voeu qui s’y oppose. Paris, capitale de la République Française devrait prendre la tête d’une mobilisation des collectivités et des citoyen-ne-s pour défendre la souveraineté communale aujourd’hui sacrifiée par Macron sur l’autel de l’austérité dictée par Bruxelles.

One Comment

  1. Bonjour chère camarade,

    ces informations sont très importantes pour les habitants de Marseille. En effet, certains n’arrêtent pas de citer Paris comme exemple dans notre ville. Bien informés, nous ne pouvons que mieux agir.
    Bien cordialement,
    François Chaintron
    du comité POI de Marseille

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *