Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Non aux licenciements boursiers : soutien aux salarié-e-s d’IMS Health !

Non aux licenciements boursiers : soutien aux salarié-e-s d’IMS Health !

Ce mardi, je suis allée soutenir les salariés de la société IMS, menacés par 300 suppressions d’emploi alors que leur entreprise va bien, que son patron s’offre même un salaire équivalent entre 5 et 6 SMIC annuels par jour…

Voici le Communiqué de presse que j’avais fait avant de me rendre au rassemblement qu’ils organisaient devant leur siège à Boulogne.
Les salarié-e-s d’IMS Health (groupe américain coté en bourse, spécialisé dans le conseil pour l’industrie pharmaceutique, qui a racheté en avril 2015 l’entreprise Cegedim) sont depuis février 2016 menacés d’un plan social qui vise à supprimer 310 emplois, soit 30% des emplois du groupe en France. Motif : la situation du groupe se dégraderait.
 
Pourtant, le chiffre d’affaires 2015 du groupe est en augmentation de 11% par rapport à 2014, avec une marge nette de 417 millions de dollars, et les prévisions pour 2016 sont positives : croissance de plus de 10% du chiffre d’affaire. Une santé florissante !
 
Le PDG du groupe, Ari Bousbib, a pour sa part touché 35 millions de dollars de rémunération (environ 30 millions d’euros), soit 2000 fois le SMIC français, en augmentation de 40% par rapport à l’année précédente !
 
Ces licenciements sont manifestement abusifs : la vie de ces centaines de salarié-e-s doit passer avant la rapacité de quelques un-e-s qui se gavent impunément ! Au Parti de Gauche, nous demandons une loi pour interdire enfin les licenciements boursiers.

 

Pour comprendre un peu mieux toute la violence sociale de ces licenciements boursiers, je vous invite à lire ci-dessous, ce que m’ont raconté les salariés et syndicalistes sur place. 

 

Initialement leur entreprise appartient à la CEGEDIM qui est une entreprise française dont le PDG-fondateur est Jean Claude LABRUNE. C’est une SSII (Société informatique) dont l’activité principale est la fourniture de services et logiciels informatiques aux professionnels de Santé et donc essentiellement aux laboratoires pharmaceutiques. Cette entreprise a connu une forte croissance au début des années 2000 et était devenu un grand groupe international  avec plus de 5OOO collaborateurs dans le monde dont plus de 1000 en France,  en 2015 le 1 er Avril (et oui cela ne s’invente pas …) CEGEDIM qui commençait à rencontrer quelques difficultés financières cède une de ses activités principales (50% de son activité) la branche CRM (Gestion de la relation client) à l’entreprise IMS Health, cette activité représentait environ 800 collaborateurs en France.

IMS Health est une entreprise américaine spécialisée dans les études et le conseil pour les industries de la santé et du médicament (principalement les laboratoires pharmaceutiques) cette entreprise est détenue par un fond de pension américain et le PDG Ari BOUSBIB est français.
Les salariés de cette entreprise représentent  différents types de métier : Ingénieur commercial, Ingénieur informatique, Ingénieur d’étude, Assistant commercial, technicien d’exploitation, opératrice de saisie….il y autant de statut cadre que d’employés.  Il y a également une majorité du personnel qui ont une ancienneté supérieur à 15 ans dans l’entreprise…

Au moment du rachat, la direction France d’IMS Health avait été très rassurante sur le maintien de leurs activités et de leurs emplois, malgré leurs doutes sur ces promesses ils ont tout de même été plutôt tous surpris par l’annonce de ce PSE d’autant que la direction communiquait régulièrement sur les bons résultats de l’entreprise.
Ce plan leur a été annoncé en début d’année de manière très brutale puisqu’ils ont tous  reçu un email les invitant à se rendre dans les 10 minutes dans des salles de réunion distinctes et répartis selon leur positionnement « géographique » dans les différents immeubles et sites de l’entreprise, pour une réunion exceptionnelle d’information.
Une fois dans ces différentes  salle de réunion où ils étaient entassés par  groupes de 100 à 150 personnes en se demandant tous ce qu’on allait bien pouvoir leur annoncer, ils se sont retrouvés devant un rétro projecteur qui allait leur diffuser une vidéo préenregistrée par le directeur d’IMS Health France leur annonçant  ce PSE et donc la suppression de 22O postes….Il a motivé ces licenciements par un besoin de maintien de la compétitivité rien de plus….Ensuite ils ont tous été gentiment  invités à rejoindre leur postes par différents représentants de la direction présents dans les différentes salles,  et cela sans avoir pu obtenir de réponses à leurs premiers étonnements et questionnements…

Tous choqués par cette annonce et surtout par la manière dont elle leur avait été faite, ils ont ensuite appris que leurs représentants syndicaux avaient été eux maintenus volontairement à l’écart des autres salariés pendant cette annonce,  puisqu’ils avaient été eux conviés dans une salle extérieure à l’entreprise (Hôtel  privé de Boulogne) sans savoir eux aussi ce qui allait se passer  …

Cette histoire est bien monstrueuse. Les salariés que j’ai croisés, pour la plupart sont des cadres et n’ont jamais fait grève de leur vie. Pour eux, jusqu’ici tout allait pour le mieux, avant que ça tombe. Une femme me l’a reconnu : elle pensait que les licenciements boursiers, c’était dans l’industrie, pas dans le tertiaire. De façon absurde, illégitime, injuste, méprisant et si angoissant. D’un coup, ils et elles prennent conscience que pour 30% d’entre eux, la vie va basculer.

IMS est un terrible exemple qui démontre que tout le monde peut être touché par des licenciements boursiers.
Il n’y a pourtant aucune fatalité.

Quand je suis venue à leur rassemblement devant le siège, des élu-e-s PS étaient là. Je les ai félicité de leur présence et de leur soutien. Néanmoins, quand on m’a fait monter sur le camion pour prendre la parole, je les ai interpellé sur la lourde responsabilité de leur parti qui soutient l’action du gouvernement et du Président de la République.

Plutôt que d’imposer la loi travail à coup de 49-3 qui facilitera plus encore ces licenciements, une loi d’interdiction des licenciements boursiers aurait été si utile ! Une loi instaurant de nouveaux droits des salariés dans les conseils d’administration pour contrer le diktat des actionnaires, une loi instaurant un salaire maximum et contraignant les patrons, s’ils veulent s’augmenter, à augmenter d’autant leurs salariés pour qu’il n’y ait pas d’écart de salaires supérieurs de 1 à 20 dans les entreprises !

La bataille continue à IMS pour empêcher les licenciements, dans l’unité syndicale, CGT, UNSA et CFDT unis. Les salarié-e-s étaient combatifs, déterminés et même joyeux malgré la situation dramatique. Oui, joyeux parce qu’ils et elles se battent et se battront jusqu’au bout. Et nous nous devons de les soutenir également jusqu’au bout !
J’ai pu d’ailleurs, certes, très brièvement, évoquer dès le lendemain leur combat sur France Bleu et sur I-Télé.

L’autre bataille, liée à toutes les résistances sociales telles qu’à IMS, se jouera jusqu’en 2017, avec la candidature de Jean Luc Mélenchon et des candidat-e-s de la France Insoumise aux législatives : qu’on change enfin radicalement de politique !
Voici la vidéo qu’a fait l’UNSA de ce rassemblement. “Les élus socialistes avec nous”, certes le titre interpelle… Que les élu-e-s et militant-e-s PS prennent conscience de l’urgence de quitter leur parti et de s’engager dans la bataille politique avec nous.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *