Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Ne vendons pas Belleville à l’hôtellerie touristique !

Ne vendons pas Belleville à l’hôtellerie touristique !

 
Les projets hôteliers fleurissent dans le quartier de Belleville. Après « Les piaules », « le loft », « Génération Hôtel », c’est dorénavant la Ville de Paris directement qui brade le foncier parisien via la SEMAEST, en forçant la délocalisation d’un des derniers sites industriel-artisanal du quartier, la métallerie Grésillon, la fermeture d’un atelier d’artiste et le renoncement à soutenir un nouveau projet en faveur d’activités artisanales et artistiques sur l’emplacement d’une ancienne miroiterie.

 

collectiframponeau
Malgré les vœux adoptés au Conseil de Paris de juin, la mobilisation des habitant-e-s du quartier (48 rue Ramponeau / 37 rue Bisson) et des associations d’artistes, la promesse de vente du terrain n’a toujours pas été annulée !

 

Ce dossier démontre toute l’hypocrisie de la mairie de Paris : Côté com’, elle affiche une volonté de soutenir la relocalisation d’activités industrielles et artisanales, la défense des ateliers d’artistes, l’implication citoyenne des habitants. Côté actes politiques : via la SEMAEST et le dispositif Vital’ Quartier, pourtant chargés de préserver la diversité commerciales et économique, elle brade les bâtiments aux promoteurs privés pour des opérations spéculatives en faveur de l’industrie hôtelière.

 

Je dépose un vœu au conseil d’arrondissement du 20e, que je déposerai de nouveau au conseil de Paris de fin septembre, afin d’exiger que le bailleur de la ville, la SEMAEST annule cette vente et que le projet alternatif des habitants sur ce site de pôle d’activité artisanale soit étudié et soutenu par la ville.
 
Ne transformons pas Belleville en quartier dortoir à touristes !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *