Pages Navigation Menu

Front de Gauche - "À Paris, place au peuple !"

Livreurs à vélo : une coopérative contre l’ubérisation sauvage !

Livreurs à vélo : une coopérative contre l’ubérisation sauvage !

Les coursiers à vélo pour le compte de plateformes ont beau avoir un statut d’autoentrepreneurs indépendants, ils sont dans les faits totalement subordonnés à leur plateforme (horaires, tarifs, congés, vêtements…), comme le seraient des salariés. Mais ils ne bénéficient d’aucune des protections inhérentes au salariat (droit du travail, protection sociale).

Ce statut digne du XIXe siècle est intolérable !

Contre cette ubérisation sauvage et archaïque, des coursiers sont porteurs d’une initiative innovante : ils proposent de créer une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC), à laquelle pourrait s’associer la Mairie de Paris.

C’est l’objet du vœu que je défendrai au prochain Conseil de Paris les 26, 27 et 28 septembre (voir pièce jointe).

Ce projet permettrait de traduire concrètement l’engagement de la ville en faveur de l’économie sociale et solidaire et du développement de la pratique du vélo.

Lien vers la vidéo de présentation du projet de coopérative avec Jérôme Pimot du collectif Livreurs. 

Lien vers l’article de l’Obs sur ce projet de vœu.

3 Comments

  1. Les coursiers peuvent aussi s’organiser entre eux pour créer une coopérative d’entrepreneurs qui leur servira pour mettre en place leur propre plateforme (internalisée ou via un partenariat négocié avec un prestataire), coopérative qui sera leur outil commun pour organiser et gérer leur activité avec les fournisseurs (restaurateurs qu’ils auront référencés) et les clients finaux (particuliers) qui passeront les commandes sur la plateforme de la coopérative (maîtrise de la filière amont et aval)
    Deux statuts possibles:
    – coop où les coursiers sont salariés de leur coopérative (avec sociétariat à décider: privé ou semi-privé/public)
    – coop où les coursiers gardent leur statut d’entrepreneur (auto-micro) et qui facturent (tout ou partie) de leurs prestations à leur coopérative

  2. Voilà une belle idée ; laSCIC est tout à fait indiquée pour ce projet. La manufacture coopérative (http://manucoop.coop) serait un point d’appui idéal pour animer cette réflexion.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Paris: Une coopérative de livreurs à vélo pour lutter contre l’uberisation du secteur? – A La Maison - […] fait-elle remarquer. Pas étonnant alors que Jérôme Pimot et l’élue Front de Gauche ont fini par se rencontrer. Le…

Laisser un commentaire