Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Lettre de soutien au collectif Les Déboulonneurs pour leurs actions anti-pub d’intérêt général

Lettre de soutien au collectif Les Déboulonneurs pour leurs actions anti-pub d’intérêt général

Paris, le 23 janvier 2019

Lettre aux magistrates et magistrats

En tant que Conseillère de Paris, co-coordinatrice du Parti de Gauche et oratrice national de la France insoumise, je souhaite par la présente lettre exprimer tout mon soutien et ma reconnaissance pour le combat d’intérêt général que mène contre l’envahissement publicitaire le collectif citoyen Les Déboulonneurs, par des actions de désobéissance civile non-violente.

Le 2 mai 2015, à la gare de Lyon à Paris, 7 de leurs militants ont été interpelés. Ils avaient mené une action sur des panneaux numériques par laquelle 5 d’entre eux, barbouilleurs, avaient inscrits des messages sur les panneaux tels que : “agression visuelle”, “la pub tue”, “liberté de réception”, “attention à la pub en descendant du train”, “la pub pollue nos rêves”. Cette action selon moi a contribué à éveiller l’esprit critique vis à vis de la publicité. Ce fut un moment d’information et de sensibilisation du public à l’impact de la publicité sur nos consciences.

J’ai d’ailleurs à plusieurs reprises pu participer en tant qu’observatrice et soutien à des actions de ce collectif des Déboulonneurs.

Oui, l’urgence est de limiter la publicité dans l’espace public, de lutter contre l’envahissement publicitaire.

C’est d’abord et avant tout une nécessité écologique. Comme le dit Naomi Klein, “Le dérèglement climatique est devenu une crise existentielle pour l’humanité.” “Soit on laisse le bouleversement du climat transformer radicalement le monde, soit on transforme radicalement l’économie pour éviter le bouleversement du climat”. Le rapport du GIEC nous a appris que le seuil de « +1,5°C », considéré comme un point de bascule à ne pas dépasser, le sera dès 2030 au rythme actuel. Dans douze ans. C’est donc chaque dixième de degré qu’il va falloir aller sauver. Et pour ce faire, il faut, entre autre rompre avec l’hyper consumérisme qui nous conditionne à consommer n’importe quoi, dans une course effrénée à la consommation et à l’obsolescence programmée des objets. L’affichage publicitaire est énergivore et constitue en soi une empreinte carbone à réduire voire même à supprimer.

C’est également une question d’émancipation. La publicité tente de s’introduire sans discernement et sans modération dans tous les espaces perceptibles et disponibles, qu’ils soient privés ou publics, et par tous les moyens possibles inhibant la liberté des habitant-e-s de choisir de recevoir ou non les messages : publicité au sol, publicité sur les monuments historiques, publicité sur le mobilier public, publicité sur les véhicules, publicité olfactive, publicité numérique, publicité audiovisuelle, etc.  La sophistication des stratégies marketing, via en particulier le neuromarketing, conduit à influencer nos manières de penser et nos modes de vie de manière de plus en plus intrusive et pose la question de la liberté de pensée, d’opinion et d’expression.

La publicité conduit à réduire la diversité culturelle, à promouvoir une culture et une idéologie dominante, en ne véhiculant qu’un nombre limité de représentations du monde particulièrement orientées, en sous-représentant certains groupes sociaux ou en les stéréotypant parfois.

Pour toutes ces raisons, je tiens à exprimer aux 7 militants du collectif des Déboulonneurs, tout mon soutien en vue du procès du 28 janvier 2019 faisant suite à l’appel interjeté suite à la condamnation en première instance en novembre 2016.

J’espère que la justice saura reconnaître que leur action non violente contribue à l’intérêt général.

Danielle Simonnet

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *