Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Le manque criant de personnel dans les structures petite enfance

Mes chers collègues, comme cela a été dit précédemment, le mercredi 8 juin dernier, nous avons connu une forte mobilisation – il y a eu un rassemblement devant l’Hôtel de Ville -, à la fois de l’ensemble des personnels qui encadrent les crèches, les établissements petite enfance, mais aussi de nombreux parents.

Nous savons que nous sommes confrontés à de grosses difficultés d’effectifs, avec des conditions de remplacement du personnel qui deviennent de plus en plus difficiles, que ces volants de remplacement de personnel sont régulièrement absorbés par les ouvertures de crèches et que les conditions de travail sont à flux tendu et se détériorent, ce qui provoque une forme d’insécurité et d’inquiétude pour les enfants et les familles.

Il y a eu des négociations qui ont commencé suite à ces mobilisations, la preuve que la lutte paye. D’ores et déjà, 126 recrutements ont été actés, il y a eu d’autres avancées en termes de primes pour les personnels, d’engagement en matière d’accès au logement, de prise en charge de formation pour ceux qui passent le concours d’entrée pour devenir éducateurs de jeunes enfants, mais la DFPE avait estimé à 250 le nombre de postes supplémentaires nécessaires.

Dans ce vœu, nous demandons que les 124 postes supplémentaires soient créés afin de pouvoir atteindre les 250 créations de postes, que le volet de remplacement soit étoffé de façon significative avec une proportion d’un professionnel supplémentaire pour les établissements de moins de 60 enfants et de deux professionnels supplémentaires pour les établissements supérieurs à 60 enfants, que la Ville s’engage à ne pas aller au-delà des capacités d’accueil strictes des établissements et qu’elle s’assure que les taux d’encadrement puissent être respectés à tout moment de la journée.

Voilà un peu l’esprit, en une minute, de ce vœu.

Je vous remercie.

L’exécutif justifie sa politique et ses avancées et nous demande de retirer notre vœu.

Mme Danielle SIMONNET. – Nous le maintenons, puisque les réponses ne nous satisfont pas. Si 250 postes ont été évalués, il faut au moins y répondre et en créer autant.

Ci-dessous le vœu que nous avions présenté :

Conseil de Paris
Séance des 20 et 21 juin 2011

Vœu présenté par Danielle Simonnet, Emmanuelle Becker,
Le groupe Communiste et élu-e-s du Parti de Gauche

Relatif à l’accueil des enfants dans les établissements d’accueil de jeunes enfants (EAJE)

Le mercredi 8 juin dernier, de nombreux parents et personnels de toutes catégories des établissements municipaux de petite enfance se sont mobilisés et rassemblés devant l’Hôtel de Ville. Ces derniers mois, les mouvements sociaux du personnel encadrant des crèches ne faiblissent pas et des pétitions organisées par les usagers des lieux d’accueil, notamment une pétition des parents qui a d’ores et déjà recueilli plus de 3500 signatures, nous alertent sur les conditions d’accueil des enfants dans les EAJE de la Ville de Paris.

Les conditions de remplacement du personnel absent sont difficiles. Les salarié-e-s en arrêt maladie, en congé maternité, en formation continue, à temps partiel (80%) ou en RTT ne sont pas systématiquement remplacés. Le volant de remplacement est régulièrement absorbé par les ouvertures de crèche, et ne suffit plus à couvrir les besoins de façon réactive. Cette situation occasionne des conditions de travail à flux tendu pour les équipes, et développe une forme d’insécurité et de l’inquiétude pour les enfants et les familles.

Par ailleurs, par souci de la qualité du service, la ville de Paris exige de ses personnels une qualification appropriée à l’accueil du très jeune enfant, au-dessus des normes exigées par le décret d’août 2000.

Considérant que la DFPE a estimé à 250 le nombre de postes supplémentaires nécessaires ;

Considérant que les négociations qui ont suivi les mobilisations ont permis de déboucher sur de premières avancées en termes de prime pour les personnels, d’engagements en matière d’accès au logement, de prise en charge de la formation pour celles et ceux qui ont réussi le concours d’entrée pour devenir Educateur-trice de jeunes enfants, en terme de personnel puisque 126 recrutements auraient été actés ;

Sur proposition de Danielle Simonnet, Emmanuelle Becker, du groupe Communiste et élu-e-s du Parti de Gauche, le Conseil de Paris émet le vœu que :

  • 124 postes supplémentaires soient créés afin de pouvoir atteindre les 250 créations de postes nécessaires estimés par la DFPE ;
  • Le volant de remplacement soit étoffé de façon significative, avec une proportion d’un professionnel supplémentaire pour les établissements de moins de 60 enfants et deux professionnels supplémentaires pour les établissements supérieurs à 60 enfants, opérationnels de façon permanente ;
  • la Ville de Paris s’engage à ne pas aller au delà des capacités d’accueil strictes des établissements, tant que le personnel de remplacement ne peut pas pallier aux absences classiques du personnel (formation, congés, grossesse, maladie).
  • la Ville de Paris s’assure que les taux d’encadrement puissent être respectés à tout moment de la journée, et non seulement sur la base de moyennes, afin que les personnels puissent faire le travail d’accompagnement à la parentalité et assurer le rôle d’accompagnement social dont les parents de nos quartiers ont besoin ; la précarisation de l’accueil des familles venant encore renforcer les difficultés subies par certaines familles.