Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

La ZAC Bercy-Charenton

Mme Danielle SIMONNET. – Madame la Maire, tout à l’heure, lors de nos échanges concernant le Scot de la Métropole du Grand Paris, j’avais alerté sur les conséquences globales d’une vision mégalo-urbaine pour Paris et toutes les communes concernées.

Cette vision mégalo-urbaine se décline en une multitude de l’actuelle Mairie de Paris. Bercy-Charenton est l’une de ces contributions et l’une des plus emblématiques. Là encore, le discours coche toutes les cases du “bingo soso”, la doctrine du socialisme soft qui, comme M. Jourdain, avec la prose mais encore plus fort, faisait déjà, dès la campagne de Mme HIDALGO, du MACRON sans le savoir et avant même l’émergence du mouvement “en même temps”.

Que nous promet ce projet pour Bercy-Charenton ? Plus de béton et, en même temps, plus d’écologie ; plus d’employés de bureaux que de résidents et, en même temps, un équilibre entre lieu de travail et lieu de vie ; plus de logement social et, en même temps, moins de place pour les plus pauvres. C’est une Z.A.C. HIDALGO macroniste : une zone d’annonces contradictoires.

Le plus caractéristique peut-être dans cette affaire, puisque c’est bien de cela qu’il s’agit aussi : “une zone d’affaires, conçue comme une mini-Défense de l’Est parisien”, c’est ainsi que la Maire de Paris a répondu aux nombreuses critiques des études d’impact environnemental et de la Commission d’enquête. A chaque fois qu’une contre-indication est donnée sur des parcelles que les promoteurs et l’Hôtel de ville entendent exploiter, au maximum bien sûr, alors on commence en exploitant encore un peu plus ailleurs.

Toujours plus haut ! Comme pour les Jeux Olympiques, les tours sont tendus vers le cash avant tout. Quel symbole en effet que ce projet de tours pour Bercy-Charenton ! Après le passage en force de la tour Triangle, ou plutôt, puisque la Maire de Paris est favorable au “naming”, de la tour Unibail-Triangle, cette nouvelle tentative d’imposer le productivisme monumental enterre toutes les vertes promesses du manteau d’arlequin qui, aujourd’hui, fait office de majorité municipale.

Pour ma part, je ne souhaite qu’une chose à cette Z.A.C., qu’elle devienne une Z.A.D., une zone à défendre.

Je vous remercie.