Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu relatif à la création à Paris d’un monument aux animaux morts sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale

Mme Danielle SIMONNET. – Pour compléter les propos de mon collègue Jacques BOUTAULT, auxquels j’adhère à 100 %, je peux vous dire que lorsque l’association “Zoopolis” m’a interpellée sur cette nécessité de créer un monument aux animaux morts sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale, c’est vrai que ma première réaction a été l’étonnement. En même temps, les travaux des historiens, que l’association m’a permis de découvrir, ont été extrêmement intéressants et également la reconnaissance, d’ailleurs, par l’armée française elle-même. Il a été dit précédemment que l’armée française avait décoré le pigeon Vaillant, mais elle a aussi décoré le chien Charlot, par exemple, qui a reçu la Croix de guerre pour avoir sauvé des poilus ensevelis dans les tranchées.

D’ailleurs, de nombreux témoignage de poilus font état, justement, de l’importance qu’ont pu jouer les animaux, que ce soit dans leur rôle immédiat dans les batailles – je pense aux 11 millions de chevaux, ânes, mulets, également aux chiens, pigeons -, mais aussi dans le rapport au moral des troupes dans les tranchées, dans la dureté du combat.

Donc, il ne s’agit bien évidemment pas de mettre sur le même plan les êtres humains et les animaux, et encore moins de minimiser la mémoire des soldats morts, mais, justement, dans le respect de cette mémoire des soldats morts, qui, eux, ont tenu à bien des reprises à reconnaître l’importance qu’avait joué les animaux à leurs côtés, il me semble important de faire ce travail de mémoire. C’est pourquoi je vous invite véritablement à réfléchir par vous-mêmes sur le sens de ce vœu, qui est d’ailleurs soutenu par des associations d’anciens combattants, comme “Le Souvenir français” qui est une association incontournable concernant la Première Guerre mondiale.

Voilà pourquoi je pense que le Conseil de Paris doit émettre ce vœu pour que la Ville de Paris fasse élever sur son territoire un monument aux animaux morts sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale.

Je vous remercie.

Hélas, le Conseil de Paros a rejeté les deux vœux sur ce sujet… Mais la bataille des consciences se poursuit…

 

Téléchargez (PDF, 59KB)