Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Intervention relative au voeu “Merci patron !”, relatif à la “Maison LVMH / Arts – Talents – Patrimoine”

Le voeu que j’ai défendu :

Voeu “Merci patron !”, relatif à la “Maison LVMH / Arts – Talents – Patrimoine”

Mon intervention :

Eh oui, mes chers collègues, je pense qu’il faut que nous ayons le courage de dédier cette délibération à François RUFFIN.

Je porte ce beau tee-shirt “I love Bernard”, puisque, mes chers collègues – je m’adresse au groupe Socialiste, au groupe UDI-MODEM et au groupe les Républicains -, vous vous apprêtez donc à privatiser le Musée national des arts et traditions populaires pour en faire un beau cadeau à M. Bernard ARNAULT. Voilà, M. Bernard ARNAULT, le patron du groupe L.V.M.H.

Franchement, il n’y a pas de quoi être fier. Je ne sais pas quel “macronite” aiguë vous a atteints, collègues socialistes, mais voilà, après le cadeau fait à la Fondation François PINAULT l’été dernier, c’est vrai qu’avec les remerciements dûment accordés par la collectivité à ce milliardaire, il était peut-être selon vous légitime de faire également un présent à son concurrent, le généreux patron Bernard ARNAULT, et de lui dire de nouveau : “Merci Patron !”

Oui, merci patron, étant donné l’incurie de l’Etat et de la ville de Paris infichus de pouvoir faire en sorte que ce Musée national des arts et traditions populaires puisse être réhabilité par l’argent public dans l’intérêt général. Eh bien, heureusement, Super Zorro, Bernard ARNAULT – sacré Bernard ARNAULT – est arrivé et, grâce à lui, nous allons selon vos dires préserver l’offre culturelle de la Capitale, avec un “L.V.M.H. land”. Bernard ARNAULT, le Jardin d’Acclimatation, la Fondation Louis Vuitton. Je ne sais quel beau projet vous allez mettre en place !

Ainsi, avec cette fondation, vous pensez donc que Bernard ARNAULT, bien qu’ayant causé un grand nombre de licenciements, liquidé des entreprises après les avoir rachetées en délocalisant l’activité, en bradant le savoir-faire pour en tirer un profit maximum, Bernard ARNAULT serait donc parfaitement légitime à gérer une institution tout particulièrement tournée vers les publics scolaires et les jeunes des quartiers populaires afin de leur faire découvrir les métiers d’art et d’artisanat et la nécessité de pérenniser, de diffuser ces savoir-faire de haute qualité avec le support de l’Institut des métiers d’excellence de L.V.M.H.

On a l’impression d’être vraiment sur une délibération du Gorafi, tellement il est énorme de se retrouver à dédier à M. Bernard ARNAULT la transmission du patrimoine collectif des traditions de l’artisanat populaire.

Oui, la tradition populaire de M. Bernard ARNAULT et son respect des métiers, comme on l’apprend dans le film “Merci Patron !”, qui a reçu récemment le César du meilleur film documentaire que d’ailleurs Mme la Maire, Anne HIDALGO, à juste titre a salué, film qui a révélé que de très nombreux produits d’entreprise L.V.M.H., dirigés donc par ce Bernard ARNAULT, sont en réalité confectionnés en Pologne, à Madagascar, en Asie avec des salaires extrêmement bas pendant que les usines françaises ont fermé les unes après les autres. C’est sans doute la marque d’une volonté généreuse de Bernard ARNAULT de faire découvrir ces métiers d’art et d’artisanat et la nécessité de pérenniser, de diffuser ces savoir-faire de haute qualité aux ouvrières et aux ouvriers de Pologne, de Madagascar et d’Asie.

Oui, c’est un homme généreux dans sa pratique du dumping social qui vise à tirer chaque fois un profit maximal.

M. Bernard ARNAULT, c’est la même chose. Si, en 2012, il a voulu demander la nationalité belge, c’est par intérêt culturel pour ce pays et la tradition des arts populaires qui s’y développe et pour pouvoir mieux nous en faire profiter. Ce n’était pas du tout pour son régime fiscal particulièrement avantageux pour les grandes fortunes qui leur permet de contourner l’impôt et donc de contribuer à appauvrir l’Etat français et à diminuer entre autres les moyens alloués aux politiques culturelles ou encore au développement des métiers d’art et d’artisanat.

Alors, mes chers collègues, pour la dernière minute qui me reste, moi, je vous propose un vœu rattaché à cette délibération pour laquelle je voterai contre, vous vous en doutez – et je vous invite à voter contre -, mais je propose aussi que la Ville de Paris s’engage à interpeller l’Etat pour que le Musée des arts et traditions populaires reste public, avec un investissement public et des collections nouvelles, via une nouvelle concession avec l’Etat en réalisant un musée municipal, en engageant les réhabilitations de l’édifice et en utilisant notamment les 10 à 15 millions d’euros d’indemnités transactionnelles que l’Etat doit à la Ville du fait de la dégradation du bâtiment et ne pas en faire cadeau à M. Bernard ARNAULT ! Et que la Ville informe L.V.M.H. et son patron Bernard ARNAULT qu’elle accueille avec la plus grande bienveillance l’ensemble des dons à l’Etat ou à la Ville pour la réouverture de ce musée ou pour son financement en termes de travaux, mais sans contrepartie.

Voilà, on le prendra comme une marque de générosité et on lui chantera : Merci Patron, merci Patron, merci Patron, merci Patron, merci Patron !!!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *