Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Intervention relative au voeu en faveur de la mise à l’abri de l’ensemble des jeunes mineurs isolés étrangers sans délai et de l’examen de leur demande de protection pour permettre leur admission à l’aide sociale à l’enfance + voeu pour un mémorial des morts en exil en Méditerranée, sur les routes de Calais comme ailleurs

Les voeux que j’ai défendus :

Voeu en faveur de la mise à l’abri de l’ensemble des jeunes mineurs isolés étrangers sans délai et de l’examen de leur demande de protection pour permettre leur admission à l’aide sociale à l’enfance.

Voeu pour un mémorial des morts en exil en Méditerranée, sur les routes de Calais comme ailleurs

Mon intervention :

C’est un vœu complémentaire, car je souscris pleinement à ce que je viens d’entendre. C’est un vœu qui attire plus particulièrement l’attention sur la mise à l’abri des jeunes mineurs isolés étrangers.

Madame VERSINI, à juste titre, vous nous avez fait part de l’augmentation extrêmement conséquente du nombre de jeunes mineurs isolés étrangers qui arrivent sur la Capitale et que le Département de Paris, dans le cadre de ses obligations, doit prendre en charge. Il ne s’agit pas du tout de nier ni le caractère exceptionnel ni les efforts qui sont faits par le Département, mais de bien alerter que les situations de non-droit, même si on est dans un contexte exceptionnel, sont tout autant inacceptables.

Or nous sommes dans une situation de non-droit et dans une situation illégale pour un certain nombre de jeunes. Je vous explique. La Croix-Rouge française, qui a la mission de premier accueil et d’évaluation des mineurs isolés étrangers qui se présentent sur le territoire parisien, gère le dispositif d’évaluation des mineurs étrangers isolés, le D.E.M.I.E. La Croix-Rouge française, qui donc agit pour le Département de Paris, refuse de fait de mettre à l’abri et de protéger plusieurs dizaines de jeunes mineurs non accompagnés. Je ne dis pas qu’elle le fait de gaité de cœur, mais de fait, le résultat des difficultés qu’elle rencontre conduit à ce résultat. Il faut donc bien regarder en face ce résultat.

Vous avez un collectif d’associations, l’A.D.J.I.E., Accompagnement et défense des jeunes isolés étrangers, qui alerte depuis pas mal de temps la Municipalité, la collectivité, parce qu’ils reçoivent un nombre croissant de mineurs isolés qui ont été éconduits le jour de leur présentation au D.E.M.I.E. Dans ces différents cas, un bon nombre sont en possession de documents d’état civil qui prouvent leur minorité et dont l’authenticité n’a pas à être contestée.

Dans le premier traitement d’un jeune mineur isolé étranger, nous n’avons pas à faire preuve de suspicion à l’égard de leurs documents d’état civil. Le premier devoir de la collectivité parisienne, c’est de prendre en compte et d’apporter la première mise à l’abri pendant ensuite que l’étude du dossier se fait. Or nous avons des jeunes totalement démunis qui subissent ces problématiques de non-prise en charge.

J’ai déjà écoulé mon temps s’agissant de la présentation d’un vœu. Je vois que Mme la Maire n’a pas osé me reprendre à mes responsabilités. Bien.

Je dirais juste que je souhaite vraiment à travers ce vœu que notre collectivité s’assure auprès de la Croix-Rouge que l’ensemble des jeunes qui se présentent comme mineurs isolés soient accompagnés comme la loi le prévoit.

Je vous remercie.

 

Mme Danielle SIMONNET. – Excusez-moi, souffrez que je fasse trois phrases, quand même.

Evidemment, non seulement les deux vœux sont maintenus, mais je déplore qu’il n’y ait eu aucun échange avec moi considérant les vœux et le vœu de l’Exécutif ni même la délicatesse de me le présenter. D’ailleurs, le vœu de l’Exécutif n’a même pas la délicatesse de citer les vœux qui ont été déposés.

Voilà, je trouve cela irrespectueux.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *