Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Intervention relative à la prise en charge des familles primo-arrivantes SDF et en situation d’errance sur le territoire parisien

Je voterai pour également la délibération, car même si j’estime que les moyens alloués ne sont pas suffisants, ni par la Ville ni par l’Etat, il faut ces moyens, parce qu’il faut prendre ses responsabilités.

Monsieur HONORÉ, votre intervention n’est pas à la hauteur du problème. Franchement, quelles propositions faites-vous ? Aucune.

Vous faites une injonction “il faut trouver des solutions !”. Avec, dans votre discours finalement, une façon d’alimenter la mise en concurrence de tous contre tous. La mise en concurrence entre les situations de misère. Ce n’est pas digne de ce que nous devons être ici.

La problématique, quelle est-elle ? Elle est celle d’un nombre important d’exilés. Important… tout est relatif, beaucoup moins que le nombre d’exilés dans bon nombre de pays frontaliers sur le continent africain, qui sont dans des situations beaucoup plus difficiles que les nôtres et accueillent bien plus de réfugiés climatiques, de réfugiés économiques… Que ces distinctions et classifications sont d’ailleurs odieuses au regard de notre humanité, qui devrait juste dicter la nécessité d’accueillir.

On ne va pas jouer ici le débat sur comment agir sur les causes pour permettre aux gens de ne pas avoir à fuir le pays où ils résident. Généralement, les exilés sont les premiers à être désespérés, mais une fois que l’on est dans la situation, Monsieur HONORÉ, que faut-il faire ?

Oui, pour les gens du quartier c’est toujours extrêmement difficile d’avoir un campement de fortune, donc il faut héberger et loger les personnes. C’est l’objectif de ces centres de pré-accueil de la Chapelle et du centre d’Ivry. Evidemment qu’il faut le faire.

Maintenant le problème, c’est la deuxième fonction qu’il pourrait peut-être y avoir derrière ces deux centres. S’agit-il d’une mise à l’abri des exilés, ou d’une mise à l’abri des regards de certains pour mieux justifier des mesures sécuritaires vis-à-vis des autres, qui n’ont pas accès aux places ? C’est cela aussi le problème.

N’est-on pas, à travers ces deux centres, dans un tri terrible, qui laisse de côté tout un tas d’hommes et de femmes et qui justifie, parce qu’il y a une mise à l’abri pour certains, une répression sur d’autres ? Cela n’est pas acceptable. C’est contraire aux obligations du Code de la famille, aux obligations légales.

Je reviendrai tout à l’heure, à travers un vœu spécifique, sur le cas des mineurs isolés étrangers. Oui, il y a encore beaucoup de mineurs étrangers isolés à la rue. Or, c’est une obligation du département de les prendre en charge.

Oui, il est très choquant, je reviendrai également là-dessus, que lorsque des tentes continuent de s’installer au niveau de la Porte de la Chapelle, parce que très rapidement les places se sont avérées bien trop insuffisantes, comme on l’avait d’ailleurs signalé, tout d’un coup on se retrouve avec des pierres énormes, des roches posées sous le pont S.N.C.F. pour empêcher des hommes et des femmes de poser leurs tentes de fortune et essayer de dormir là.

À l’heure où l’on n’arrête pas de nous bassiner avec la “ville intelligente”, je vais vous dire que notre ville est “conne”. Elle est inhumaine quand elle va jusqu’à déplacer des pierres pour empêcher que des gens essaient de survivre dans des tentes. Ce n’est pas simplement de l’inhumanité, c’est de la “connerie”. C’est une honte à nos fondamentaux et à la base qui fait que normalement, on s’engage pour définir où est l’intérêt général.

Je voterai cette délibération, mais il faudra aller bien au-delà et se rendre compte que toutes celles et ceux qui s’engagent pour soutenir, aider les migrants, aider les réfugiés, aimeraient entendre de notre Assemblée des discours un peu plus ambitieux, plutôt que des discours qui mettent en compétition, des discours qui attisent finalement les égoïsmes et les haines.

Nous devons prendre nos responsabilités, parce que les exils et les victimes, parce que bien souvent, au niveau de la France et des pays européens, nous portons une énorme responsabilité sur les causes de ces exils. Nous devons d’autant plus en assumer les conséquences.

Je vous remercie.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *