Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Intervention de soutien au Lavoir Moderne Parisien.

Mme Danielle SIMONNET. – Mes chers collègues, évidemment, le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche est tout à fait favorable à l’attribution de cette subvention et, comme nous en avons déjà parlé précédemment, nous sommes tous conscients que l’association PROCREART, qui gère le Lavoir Moderne Parisien et l’Olympic Café connaît en ce moment des difficultés qui ne peuvent nous laisser indifférents.

Cette subvention va donc bien contribuer en partie à sauvegarder le Lavoir Moderne Parisien qui est menacé d’une fermeture administrative imminente.

Rappelons que, installé depuis 1986, le Lavoir Moderne Parisien est, non seulement une institution connue de tous, mais un des poumons de respiration de la Goutte d’Or.

Depuis 25 ans, c’est un lieu d’expérimentation, de brassage et d’échanges interculturels.

Pour les artistes, sa disparition signifierait la perte d’un laboratoire, permettant de s’engager dans des formes nouvelles de création. Pour les habitants du 18e arrondissement et plus largement les Parisiennes et les Parisiens, ce serait la perte d’un cadre d’échanges, d’aventures collectives et citoyennes.

Il est vrai que, dans cet équipement, ce qui se concrétise, c’est ce à quoi nous aspirons en termes d’équipement culturel, c’est-à-dire un équipement qui permet à la fois la création et l’appropriation culturelle, sociale et populaire, dans une démarche d’éducation populaire.

De manière plus globale, il s’agit pour nous de rappeler l’importance de la sauvegarde de ces lieux culturels dans Paris, car il y a aussi d’autres endroits assez nombreux, emblématiques, qui soit ont disparu soit sont menacés de mettre la clef sous la porte, faute d’aide et de subvention, notamment d’un désinvestissement conséquent de l’Etat.

Il faut donc aujourd’hui résolument préserver l’ensemble des structures, notamment les petites structures de diffusion et de création qui oeuvrent, non seulement à garantir le lien social, mais également la culture partagée, en offrant un maillage culturel particulièrement riche et exemplaire.

On a les conclusions de l’audit de l’association, les diverses préoccupations qui sont liées à sa gestion financière, on a abordé le vœu précédemment. La Ville doit travailler en collaboration avec l’association dans le renouvellement de son projet et l’accompagner vers une situation financière pérenne.

Face à la promesse de vente qui est en cours, d’une valeur, je vous le rappelle, on en a parlé tout à l’heure, de 1,2 million d’euros concernant le Lavoir moderne parisien, il faut quand même rappeler que ce lieu, qui est installé dans un ancien lavoir datant de 1850, qui est entouré aujourd’hui de deux immeubles appartenant à la Ville de Paris, représente quand même une surface d’environ 880 mètres carrés. Cela donne donc un prix au mètre carré d’environ 1.400 euros.

Dans le vœu, qui n’était, hélas, pas associé à la délibération, cela aurait été plus simple, il est exprimé que la Ville va notamment étudier le fait de pouvoir étudier la préemption du lieu. Le groupe Communiste et des élus du Parti de Gauche se félicite, bien sûr, de l’adoption de ce vœu, mais souhaiterait bien que l’étude de la préemption de ce lieu intervienne de façon prioritaire devant l’encouragement au recours à des opérateurs privés.

Ainsi, et pour l’ensemble des raisons que nous avons évoquées, on aurait la possibilité, entre les subventions et cette possibilité de préemption, de donner un signe extrêmement fort pour tous les acteurs de la vie culturelle qui, aujourd’hui, sont de plus en plus précarisés, se sentent menacés d’un avenir incertain et on contribuerait, dans le même temps, à en faire bénéficier l’ensemble des Parisiennes et des Parisiens, en soutenant fortement l’action culturelle de Paris et son rayonnement artistique dans l’intérêt de toutes et tous.

Je vous remercie