Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Hôtel-Dieu : Casse de l’hôpital public et répression

… Encore faut-il le tuer au bon moment…

Mais voilà… La mobilisation s’organise et le sujet s’invite dans la campagne des municipales ! Fichtre…

Sans remettre en cause le fond du projet, les socialistes paniquent… Le Maire de Paris et son héritière pour les municipales de 2014 aimeraient bien que la fermeture puisse être reportée à après les municipales. Le Maire écrit en ce sens au premier ministre. Tout en défendant toujours la mise en place d’une maison de santé secteur 1 pour la bobologie et non le maintien d’un vrai service d’urgence hospitalier. (Ci-après la lettre du Maire de Paris )

Ils s’opposent donc au vœu que je présente au nom du groupe PC-PG au Conseil de Paris, mais pour la première fois en réponse à ce 4ème vœu, le vœu de l’exécutif reste plus discret sur le fond… et accepte qu’un débat ait enfin lieu… (ci-après le vœu de l’exécutif )

Mais le maintien des urgences seules ne suffit pas et nécessite également de maintenir (et de réinstaller) l’ensemble des plateaux techniques et services. Sinon forcément, une fois l’hôpital vidé de tous ses services, on ne pourra que constater qu’à la place d’un service d’urgence, il vaudrait mieux de simples médecins puisque l’on ne peut que traiter la bobologie !

Du coup, l’AP-HP continue de vider l’hôpital et tous les personnels doivent faire leur lettre de vœux de mutation….

… Et pour ce faire, lui mettre une bonne muselière !

Mais la mobilisation pour la défense de l’Hôtel-Dieu, non seulement de ses urgences mais aussi de l’ensemble de ses services résiste !

Hors de question de se satisfaire d’un unique report de la fermeture des urgences à une date ultérieure aux élections municipales pour mieux imposer le projet initial d’ « Hôpital sans lit » et laisser faire, d’ici là, la fermeture et le transfert de nombre de services.

Résultat, l’AP-HP vient de démettre de ses fonctions le responsable médical du SMUR, le Docteur urgentiste, Gérald Kierzek.

Il lui est reproché:

– non-respect « …des obligations de réserve, de loyauté et de discrétion professionnelle… »

– « diffusion itérative d’informations au nom de l’équipe médicale sans recueil explicite du consentement individuel des membres de cette dernière »

– « rétention itérative d’informations en rapport avec la venue de personnalités politiques ou de média dans le service »

– « manque de loyauté au regard du projet de soins et d’organisation du service »

– « dénigrement et mise en cause du chef de service ».

 

Quel scandale ! Quel mépris pour l’engagement au service de l’intérêt général !

Après le refus de voter la loi d’amnistie sociale, la répression syndicale continue de sévir sous Hollande comme elle sévissait hier sous Sarkozy : exigeons la réintégration immédiate du Dr Kierzek à la tête du SMUR de l’Hôtel-Dieu.


Soyons nombreuses et nombreux ce mardi devant l’Hôtel-Dieu dès 18h !

Au Conseil de Paris :