Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

La démocratie ne doit pas être mise entre parenthèse !

La démocratie ne doit pas être mise entre parenthèse !

La démocratie ne doit pas être mise entre parenthèse pendant cette période historique que nous rencontrons face au coronavirus et qui nous impose ces semaines de confinement. Au contraire, la démocratie et l’implication citoyenne sont essentielles : pour prendre les bonnes décisions, notre collectivité parisienne, doit pouvoir s’appuyer sur l’expertise des agent.e.s, des salarié.e.s, des réseaux de militant.e.s associatifs, syndicaux et citoyens.

La transparence de la situation, tant sanitaire que sociale est également une exigence démocratique légitime.

Je réitère donc solennellement ma demande de convocation d’une séance du Conseil de Paris, soit en format réduit à l’image dernières séances restreintes de l’Assemblée Nationale, soit en visioconférence. 

Vous trouverez ci-joint par ailleurs un document “Les mesures urgentes de Décidons Paris face à la crise sanitaire” co-élaboré par les collectifs citoyens de Décidons Paris qui se veut être une contribution concrète au niveau de Paris.

Trop de questions sont aujourd’hui sans réponses :

  • Qu’en est-il de la situation des hôpitaux parisiens ? Afin d’anticiper le manque de lits en réanimation que connaissent d’autres départements franciliens et d’éviter le transfert de malades pourquoi l’AP-HP ne prévoit-elle pas d’ouvrir des lits notamment à l’hôpital Hôtel-Dieu plutôt que de fermer ses urgences pour un centre de prélèvement ? 

  • Qu’en est-il de la situation des EHPAD parisiens ? Les personnels et les malades ont-ils enfin assez de masques ? La ville est-elle en capacité de mobiliser des ateliers de couture parisiens pour aider à leur fabrication ?

  • Qu’en est-il des sans abris et des mineurs non accompagnés dont la situation de détresse et de mise en danger est terrible ? Si des moyens supplémentaires ont été alloués par le gouvernement et la ville de Paris, de nombreux jeunes mineurs non accompagnés se retrouvent à la rue comme alertent les associations. Aussi, les “mises à l’abri” dans des gymnases de familles évacuées du campement d’Aubervilliers risquent de créer des nouveaux clusters puisqu’aucun dépistage n’y est organisé. Pourquoi les hôtels touristiques et meublés touristiques ne sont-ils pas réquisitionnés ? Comment soutenir plus encore les initiatives d’entraide et de solidarité ?

  • Qu’en est-il de la réalité du confinement à Paris selon les secteurs d’activités professionnelles ? Le non recours aux dépistages massifs impose un confinement exigeant : Pourquoi la ville n’émet-elle pas un arrêté pour interdire toutes les activités professionnelles non essentielles sur le territoire parisien, et notamment les travaux ? 

  • Qu’en est-il des conditions de travail des agent.e.s de la ville ? Un certains nombre de services publics de la ville doit continuer de fonctionner. La définition des bonnes réorganisations du travail pour en garantir les conditions de sécurité exigent d’associer les agent.e.s eux.mêmes. Pourquoi les CHSCT ne sont ils pas convoqués, même de façon virtuelle ?

  • Qu’en est-il de la lutte contre les violences faites aux femmes ? La ville a mobilisé des moyens supplémentaires pour faire face aux violences faites aux femmes, éloigner les hommes violents en leur octroyant des places d’hébergement et en permettant l’accès à des hébergements aux femmes qui le souhaitent. Ces mesures sont-elles numériquement suffisantes face à l’augmentation des violences ?

    Qu’en est-il de l’aide matérielle aux personnes les plus précaires ? Les villes de Berlin, Barcelone et Lisbonne se sont engagées en faveur d’un report des loyers pour les familles les plus précaires. Pourquoi la ville de Paris n’envisage t-elle pas ces mesures au sein du parc social qu’elle gère ? Quel accès aux denrées de première nécessité à bas coût est envisagé, notamment après la fermeture des marchés alimentaires dont certains remplissaient ce rôle ?

La sortie du confinement se prépare par ailleurs dès aujourd’hui et implique une planification sanitaire et sociale. La prolongation du confinement des personnes atteintes exigera par exemple des mises à disposition de logements et de chambre. Comment la ville de Paris se prépare t-elle à cette étape ?

Danielle Simonnet, Conseillère de Paris

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *