Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

De Bruxelles à Paris, besoin urgent d’insoumission !

De Bruxelles à Paris, besoin urgent d’insoumission !

Localement, je ne vois que des problèmes globaux. Les questions européennes paraissent souvent lointaines pour nombre de citoyen-ne-s. Pourtant elles sont omniprésentes à Paris comme ailleurs. Ce n’est pas pour rien que le peuple français avait voté NON en 2005 contre le traité constitutionnel européen qui constitutionnalisait une seule politique, celle de la règle d’or, de la concurrence libre et non faussée, des accords du libre échange, pour le bonheur de la finance et des lobbys, et pour le malheur des peuples, de l’urgence sociale et écologique !

Ce lundi 15 avril, je vous invite à participer nombreuses et nombreux à la réunion publique à 19h30, au 8, rue de l’Ermitage (Studio de l’Ermitage Métro Ménilmontant), en présence de Manon Aubry, notre tête de liste aux européennes et Miguel Urban, député européen espagnol membre de Podemos, avec la participation également de Laurence Lyonnais et de Sergio Coronado, candidat-e-s sur nos listes “Maintenant le peuple”. 

Les politiques d’austérité qui conduisent aux coups de rabots permanents dans les budgets de la ville ? Cela vient directement de Bruxelles. Quand Macron, il y a à peine un an, a imposé la contractualisation aux collectivités locales, il s’est directement inspiré du coup d’état financier en Grèce imposé par la troïka européenne. Résultat, la capitale a capitulé. Première ville à céder avec Bordeaux, laissant bien peu d’issue de résistance aux autres collectivités. Désormais, le budget de Paris est sous tutelle de Bercy.

Nos services publics craquent du fait de sous effectifs, sont menacés de privatisations quand ce n’est pas déjà fait ? Idem. Pour exemple, toutes les lignes de bus seront bientôt mises en concurrence du fait de directives européennes. Comme pour la SNCF, les conséquences seront d’abord une dégradation des conditions de travail, de statut et de rémunération des salariés. mais par la suite, c’est bien les lignes non rentables, les stations moins fréquentées qui en pâtiront, et in fine les tarifs qui exploseront.

Au nom de la “dette”, Macron a fait les poches des retraités, pioché dans les APL pour faire ses cadeaux aux plus riches. Le peuple crie “justice fiscale et redistribution des richesses”, il n’entend que “baisses des impôts”. Le peuple exige plus de services publics, le premier ministre traduit par “baisse des dépenses publiques”…Dans les grandes mobilisations pour le climat, l’exigence est forte pour des mesures contraignantes, l’inaction gouvernementale est dénoncée, mais le gouvernement ne répond que par la responsabilisation individuelle et poursuit son soutien aux lobbys.

Mais la riposte est bien là : L’insurrection citoyenne des gilets jaunes se poursuit. Le 13 avril, la mobilisation verra converger des appels pour défendre nos libertés fondamentales mises à mal par la dérive autoritaire du pouvoir, rassemblant la LDH et plus de 30 organisations suite à des réunion unitaires initiées par le groupe parlementaire FI.

En ce moment, les parents d’élèves et les enseignants s’organisent également contre la loi Blanquer de façon historique. Et le 19 avril prochain, des actions fortes de désobéissance civile et pacifiques seront initiées par les organisations des marches climat.

Alors le 26 mai, pas d’hésitation : c’est le même bulletin de vote qui doit permettre de stopper Macron et ces directives libérales européennes anti sociales et anti écologiques ! le vote pour la liste “Maintenant le peuple” conduite par Manon Aubry pour la France Insoumise ! 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *