Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Le contrôle de la verbalisation du stationnement déléguée à des voleurs…

 

Mme Danielle SIMONNET.- Vous ne serez pas surpris, j’ai toujours été totalement opposée à cette privatisation de la verbalisation du stationnement, parce que c’est une tâche qui devrait rester une mission régalienne de l’État. Je suis en total désaccord avec le choix de votre majorité, de votre adjoint Christophe NAJDOVSKI qui fut le candidat d’Europe Ecologie les Verts en 2014, et que je sache M. NAJDOVSKI, Mme HIDALGO, l’ensemble des groupes, le groupe Communiste – Front de Gauche qui était avec le groupe Socialiste dès le premier tour, il ne me semble pas que c’était un engagement de mandature.

Les citoyens et les citoyennes n’ont pas eu à se prononcer sur cette privatisation de la verbalisation. Je vais vous dire une chose, si vous faisiez un référendum sur la verbalisation du stationnement, je pense que vous auriez majoritairement des citoyens et des citoyennes qui diraient non, recours au public, parce qu’il faut que cela s’arrête. Ce sont des voleurs. Vous le savez.

Souvenez-vous, même un tracteur qui n’avait jamais quitté son champ de Picardie s’était fait matraquer et avait reçu un FPS. C’est le comble. Des agents non assermentés qui ont dressé des PV, d’autres qui se battent avec la police, et ce gros scandale des faux PV dressés en bureau sur la base d’un fichier recopié et avec des salariés qui subissaient la pression de leur hiérarchique pour faire ces actes illégaux. Tout cela aurait dû suffire pour casser le contrat.

Non, vous avez fait des réunions et vous avez demandé que les choses changent. Vous avez fait des démarches juridiques, mais j’espère qu’un jour on aura un vrai débat sur le rapport entre les différents cabinets et la direction des affaires juridiques, parce que je ne comprends pas pourquoi on est si démuni dans la capacité de la Ville à juridiquement se défendre.

Pourtant, c’est qui Streeteo ? Cela dépend du grand groupe Indigo ex-Vinci Park. Un leader dans le domaine. Pour répondre à M. VESPERINI, qui lors de la délibération sur la privatisation des crématoriums disait, c’est super, Funécap, c’est un grand groupe, il a la compétence… C’est comme Vinci sur les autoroutes, ils ont la compétence. Ils ont surtout la compétence de se gaver les poches sur le dos des gens, parce que c’est cela leur compétence.

Streeteo, ils ont la compétence, oui, mais celle de voleurs, pas celle de bien gérer. C’est le groupe Indigo qui a pourtant pignon sur rue. Il va falloir que dans les divers rangs de la majorité et de l’opposition qui sont finalement d’accord sur le libéralisme, vous vous rendiez compte que non il n’y a pas plus de compétence par le privé que par le public. Il y a même généralement plus d’incompétence et d’inefficacité, mais il y a surtout une terrible cupidité qui se fait sur le dos des usagers. Non, il aurait fallu depuis longtemps casser le contrat.

Ensuite, vous vous félicitez des places libérées, mais qu’en est-il des recours ? La logique d’un contrat basé sur la logique du chiffre, cela donne quoi ?

Concernant les RAPO, les recours contre les forfaits post-stationnement, les recours contre les PV même si le cadre légal a changé, on ne doit plus parler comme cela. Il faut se rendre compte que ces recours contre les forfaits de post-stationnement sont traités par les prestataires, les mêmes qui déposent les forfaits de post-stationnement, Streeteo et Moovia. Quelle aberration déjà ! Cela n’est pas normal.

Il aurait fallu disjoindre, parce que vous imaginez bien que l’intérêt de Streeteo et de Moovia est surtout de montrer qu’ils ont tout fait bien, et donc de faire en sorte que les chiffres soient bas. Comment pouvez-vous avoir confiance en des chiffres transmis par des entreprises qui ont été capables de faire toutes les crapuleries hier ? Moi je n’ai pas confiance. Le taux de recours augmente de 3 % avant la municipalisation à 3,5 %. Peut-on avoir les chiffres absolus statistiques du traitement par la préfecture avant privatisation ? Cela m’intéresserait. Peut-on avoir aussi une enquête indépendante de Streeteo et Moovia sur l’ensemble des choses ? Ce serait intéressant.

On apprend par ailleurs qu’il y a eu 111.838 RAPO dans l’année, traités par 8,5 équivalents temps plein, soit environ 7 minutes pour un salarié pour traiter un RAPO. Le privé, manifestement, conduit, comme à chaque fois, à un sous-effectif. Un sous-effectif qui se traduit par des délais très longs. En moyenne 29 jours de délai de traitement, alors qu’au-delà d’un mois le recours est considéré comme rejeté d’office. Cela signifie que la moitié des RAPO sont traités en plus de 29 jours, donc hors délai. Ce n’est pas acceptable. De quoi s’agit-il ?

57.752 personnes se retrouvent avec un RAPO, une amende verbalisée alors qu’elles disent avoir payé. Après recours, on en a encore 23.124 qui obtiennent une annulation, donc qui ont dû s’embêter à faire toutes ces démarches alors qu’elles n’avaient rien à se reprocher. Mais combien ne sont pas allées jusqu’au bout des démarches, parce que Internet est compliqué ?

 

Mme Danielle SIMONNET.- J’ai encore 25 secondes.

 

Mme Danielle SIMONNET.- Je termine mon intervention en regardant celui-ci, je n’ai pas dit tout ce que j’avais à dire. Il y a un gros problème dans la prise en compte de la carte de stationnement pour les personnes handicapées. C’est totalement inacceptable que les personnes en situation de handicap se voient à faire toutes ces démarches et que leurs cartes ne soient pas prises en compte. Je vous le redis une dernière fois, il faut et il est temps de casser ce contrat et de remunicipaliser la verbalisation du stationnement.