Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Contamination au plomb : la fabrique municipale du mensonge

Contamination au plomb : la fabrique municipale du mensonge

Les dernières révélations de Médiapart sont édifiantes ! Le mensonge sur la contamination au plomb après l’incendie de Notre-Dame a été sciemment commis par le gouvernement et la Mairie de Paris qui a notamment laissé des enfants, des agents et le corps enseignant des crèches et écoles du secteur exposés à des seuils de plomb dix fois supérieurs au seuil d’alerte ! Aucun nettoyage en profondeur n’a été effectué sur ces sites ! L’équipe municipale parisienne a failli à sa mission de protéger les habitant-e-s. 

 

Pourtant, la ville avait été plus d’une fois alertée notamment par des associations et par la Direction générale de la santé (DGS). J’étais moi-même intervenue au Conseil de Paris de Juillet pour interpeller le gouvernement et la maire de Paris pour dénoncer l’absence scandaleuse de mesures de protection des travailleurs sur le site, l’absence d’opération large de décontamination et d’instauration du principe de précaution et l’absence d’information des riverains et de l’ensemble des travailleur-euse-s sur le secteur. Ni le gouvernement via l’ARS et la Préfecture de Police, ni la Mairie de Paris n’ont été à la hauteur. 

 

Je demande la pérennisation des dépistages de la contamination au plomb à l’Hôtel-Dieu. Ces événements tragiques prouvent une fois de plus la nécessité de lui conserver intégralement une vocation hospitalière et de soins, loin du projet de marchandisation porté par la mairie et l’APHP. 

 

Les auteurs de ce terrible mensonge mettant en danger la santé de tant d’enfants et d’adultes doivent rendre des comptes : qu’il s’agisse de l’ARS et de sa hiérarchie jusqu’à la minsitre de la santé, de la Préfecture de police jusqu’au ministre de l’intérieur et de la mairie de Paris, à commencer par le maire du 4e Ariel Weil, les adjoint-e-s à la maire de Paris, Anne Souyris l’adjointe à la santé, Sandrine Charnoz déléguée à la petite enfance et Patrick Bloche, adjoint à l’éducation jusqu’à la maire de Paris Anne Hidalgo.

 

Pourquoi ce mensonge a-t-il été commis? Cette question interroge toute l’idéologie de la majorité municipale qui se rend coupable par ses mensonges d’une politique criminelle, privilégiant l’attractivité touristique sur la santé et l’image de marque commerciale au détriment de la vérité et de l’intérêt général.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *