Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu relatif à la création à Paris d’un monument aux animaux morts

Mme Danielle SIMONNET. – Mes chers collègues, je crois que l’on peut se féliciter qu’il y ait justement aujourd’hui autant de vœux qui convergent sur ce sujet : la nécessité de créer à Paris un monument aux animaux morts sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale.

Je voudrais commencer par remercier tout particulièrement l’association “Paris Animaux Zoopolis”, qui nous a toutes et tous alertés sur le sujet. Remercier également “Le Souvenir français” qui nous a aussi aidés à mieux appréhender et comprendre toute l’importance qu’ont pu jouer les 11 millions de chevaux, ânes, mulets, ainsi que les centaines de milliers de chiens et pigeons morts au combat pendant la Grande Guerre.

Tous ces animaux, qui ont joué un rôle extrêmement important, qu’il s’agisse du secours qu’ils ont pu apporter aux soldats ou bien les aidants à survivre dans l’enfer de la guerre industrielle, et à occuper leur temps en les accompagnant, en jouant un rôle déterminant au niveau du moral. Je pense que c’est vraiment important de prendre conscience à la fois de ce sujet de la souffrance animale qui exige de nous cette reconnaissance.

Comme cela a été dit par d’autres collègues, il ne s’agit absolument pas de mettre sur le même plan les êtres humains et les animaux, mais de comprendre qu’il faut aussi rendre hommage à l’histoire des animaux de guerre et de leur rôle pendant la Première Guerre mondiale. D’ailleurs nombre de témoignages de poilus eux-mêmes en parlent. Mes collègues ont avant moi cité nombre d’exemples déterminants.

Il y avait jusqu’ici une absence sur le territoire de Paris, capitale de la France, de monument mémoriel élevant hommage aux animaux morts de la guerre. Il fallait absolument rectifier, à la différence de Londres, Bruxelles, Ottawa ou encore Canberra qui en ont déjà un.

Je tiens à saluer le vœu de l’Exécutif qui va rendre possible, par le biais de la mise en place d’un groupe de travail, le fait qu’enfin on va pouvoir avoir une forme de stèle dédiée aux animaux morts au combat et travailler à cela.

Je pense que l’on peut s’en féliciter. Je vous remercie

 

Téléchargez (PDF, 172KB)