Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu pour le maintien du CEFP d’Alembert


 
Mme Danielle SIMONNET. – Oui. J’avais déjà présenté un vœu au Conseil de Paris de mars 2018 au sujet du C.E.F.P. d’Alembert. C’est un centre éducatif et de formation professionnelle, anciennement appelé “école d’Alembert”, qui est situé en Seine-et-Marne, à Montévrain, mais qui dépend de la DASES, de la Direction de l’Action sociale, de l’Enfance et de la Santé.

C’est une école qui est extrêmement importante, puisqu’elle permet d’accueillir une soixantaine de jeunes de 14 à 21 ans. Sachez qu’il y a 90 % de mineurs étrangers et qui viennent de différents départements : le 75, le 93, le 94. C’est important, parce que cette école dispose d’un internat. Elle permet par ailleurs de transmettre des formations qualifiantes, par exemple pour un CAP opérateur logistique, assistant technique en milieu familial et collectif, donc c’est important d’avoir ces structures.

Lorsque j’avais abordé le devenir de ce C.E.F.P. en mars dernier, l’Exécutif avait bien exprimé son refus de fermer le centre, mais avait exprimé que les travaux qui sont nécessaires, parce que cette école a été trop longtemps en “laissé aller”, avec un manque d’entretien extrêmement conséquent… Les travaux chiffrés à 21 millions d’euros, sachant qu’il y a eu d’autres chiffrages antérieurs bien plus conséquents, ont été reportés, hélas, à 2021, mais il y avait quand même un engagement de faire des travaux dès cet été.

A ma connaissance, cet été, les travaux n’ont pas eu lieu, et le personnel est toujours très inquiété par le projet de plateforme pédagogique où l’objectif serait de mettre en place un service d’accompagnement éducatif de jour, une offre d’hébergement diversifiée, du collectif et de l’habitat diffus, mais qui, de fait, arriverait, quelque part, en contradiction avec l’internat.

Or, on a besoin de cette structure-là, où les deux vont de pair, c’est-à-dire le lieu de formation et le lieu d’internat, pour que des jeunes qui sont en situation – alors, qui ne sont pas dans les mêmes problématiques que les jeunes Marocains dont on a parlé dans la délibération antérieure -, mais qui ont besoin d’être préservés de la rue et de cette mise en danger, et peuvent parfois avoir besoin d’un éloignement de Paris.

Les jeunes qui fréquentent ce centre sont ravis d’y être. Il faut le préserver. Je conclus à travers ce vœu. Il me semble important qu’on informe les personnels en place de l’évolution de la réflexion de la ville concernant ce centre éducatif, que l’on réalise les travaux nécessaires, que l’on maintienne l’activité d’accueil, formation, insertion, avec l’internat, et que l’on conserve cette activité sans aucune perte d’emploi dans le bassin de Lagny-sur-Marne.

C’est important, je vous remercie.

 

Mme Danielle SIMONNET. – Oui, car il me semble que ce projet de plateforme est en contradiction avec le fait de maintenir le C.E.F.P. d’Alembert de manière pérenne.

 

Téléchargez (PDF, 128KB)