Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu pour la rupture du contrat avec Streeteo, l’engagement de poursuites en justice et la remunicipalisation du stationnement

On est face à une entreprise de voyous. Disons-le. Vous vous rendez compte ? L’entreprise “Streeteo” faisait des faux contrôles, en faisant pression sur ses salariés pour qu’ils fassent ces faux contrôles, avec des salariés qui ne le souhaitaient pas, qui étaient par ailleurs maltraités, et ils sont allés jusqu’à faire des faux PV ! Ce n’est pas possible.

Le parquet a ouvert une enquête, parce qu’on est face à une situation vraiment d’escroquerie.

Mes chers collègues, il ne faut pas simplement le dénoncer. Il faut absolument exiger de la Ville de Paris qu’elle opère une rupture unilatérale du contrat qui la lie avec l’entreprise “Streeteo”.

Par ailleurs, petite parenthèse, c’est qui cette entreprise “Streeteo” ? C’est une filiale d’Indigo. Eh oui, toujours Indigo ! Ex-Vinci Park, qui contrôle les parkings municipaux pour une bonne part en sous-sol, mais qui fait aussi le jackpot  en surface.

Et Vélib’, dont on parlait tout à l’heure, cela dépend de qui maintenant ? “Smoovengo” ! “Smoovengo”, c’est aussi une filiale d’Indigo.

Expliquez-moi pourquoi l’Exécutif municipal mène autant de marchés avec ce groupe.

A travers le vœu que je présente, je demande que la Ville de Paris rompe unilatéralement le contrat qui la lie avec l’entreprise “Streeteo”, qu’elle engage des poursuites à l’encontre de “Streeteo”, qu’elle renforce son contrôle sur l’entreprise “Moovia”, car nous n’avons aucune raison d’avoir plus confiance dans la façon que “Moovia” procède.

Mais surtout, la conclusion de tout cela, c’est qu’il faut cesser de céder aux entreprises privées, des missions de service public, et qu’il faut justement engager la remunicipalisation du contrôle de la verbalisation du stationnement afin de garantir le bon fonctionnement du service public.

Je vous remercie.

Téléchargez (PDF, 68KB)