Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu relatif à l’AAH et à la prime d’activité


Merci.

J’ai bien écouté les interventions des différents groupes de la majorité et je trouve que vraiment, Madame la Maire, cette délibération est d’une indécence. Une indécence intellectuelle parce qu’un minimum d’honnêteté aurait exigé que vous écriviez dans cette délibération que vous réinstauriez la gratuité de la carte Emeraude et Améthyste, et pas que vous instaurez la gratuité. Arrêtons de se moquer du monde !

En 2012, c’est lorsque M. Bertrand DELANOË était Maire de Paris qu’il a remis en cause la gratuité. Je me souviens de débats houleux. J’étais à l’époque dans le groupe Communiste et élus du parti de gauche. J’étais pour voter contre la délibération et il y avait une pression de dingue où, sur les conditions de modifications, on avait réussi à modifier un peu les tarifs mais il fallait absolument voter pour la délibération sinon, ouh là là, l’Exécutif socialiste revenait complètement en arrière et mettait une situation pire encore.

Je vous passe les détails. Hélas ! J’ai essayé de retrouver dans mes archives la délibération parce que j’étais intervenue et j’avais mis tout cela en direct, mais c’était déjà inacceptable !

En 2014, le premier budget de Mme HIDALGO, c’est ce premier budget qui a fait exploser les tarifs. Qui a voté pour ce budget ? Le groupe Socialiste, le groupe Communiste, le groupe Ecologiste.

Je suis désolée. J’ai assumé de voter contre.

Vous dites, comme si c’était une grande nouveauté extraordinaire : “la Ville de Paris a pris conscience de la difficulté de la paupérisation des personnes âgées”. Non, la Ville de Paris a pris conscience que, pour les prochaines élections, avoir toutes les personnes âgées, qui se sont mobilisées à coup de pétitions, contre elle était problématique. Alors, tant mieux. Victoire ! Vous faites marche arrière. Hélas, vous ne faites pas marche arrière sur l’ensemble des augmentations, seulement une partie. Reconnaissez au moins que vous ne faites qu’une marche arrière sur une grande régression que vous aviez engagée.

Maintenant, le débat sur la gratuité : oui, je suis pour que l’on aborde ce débat sur la gratuité. D’ailleurs, en 2014, je défendais la gratuité des transports en commun, et déjà, dans un premier temps, l’extension de la gratuité des transports en commun. Commençons déjà par instaurer véritablement la gratuité pour toutes les personnes en situation de sans-emploi. Ce n’est pas le cas aujourd’hui : je peux vous dire que le dispositif de la Région pour les personnes sans emploi est assez drastique.

Ensuite, que l’on instaure la gratuité totale pour l’ensemble des jeunes de moins de 25 ans, également. Et qu’on étende cette gratuité petit à petit. En revanche, qu’on ne fasse pas financer la gratuité par le biais d’un péage urbain ! La gentrification de la Capitale s’est accélérée. Les loyers ont explosé. Les politiques en faveur du logement social sont insuffisantes. Tout cela a fait que de nombreuses classes populaires et les couches basses des classes moyennes ont été exclues en dehors du périphérique. Ceux-là mêmes qui subissent l’explosion des loyers devraient payer une deuxième fois par le biais d’un péage urbain les mesures soi-disant “de justice sociale” ! Ce n’est pas ainsi qu’il faut procéder.

Il y a la possibilité de mettre en place la gratuité dans les transports en commun avec, notamment, l’augmentation de la part des transports et, notamment, une réflexion bien plus ambitieuse en matière de fiscalité que celle de M. MACRON qui donne 9 milliards aux plus riches sans se soucier que la question de la pollution nous coûte plus de 100 millions d’euros par an, que ce soit sur les questions sanitaires, sur les conséquences sur le bâti ou les conséquences sur l’agriculture.

Engager la gratuité sur les transports publics est une nécessité absolue, et non pas casser les transports publics que représentent le fret ferroviaire et le rail des personnes et des marchandises.

Maintenant, sur l’autre partie de cette délibération qui concerne…

Oui, c’est la fin de journée : on est fatigués.

Le Gouvernement a mis en place une augmentation de l’allocation aux adultes handicapés mais, hélas, il a indexé cette allocation aux adultes handicapés sur les revenus du conjoint. C’est une catastrophe !

Il met en place cette augmentation mais, en même temps, il a supprimé la prime d’activité pour l’ensemble des bénéficiaires de pensions, rentes d’invalidité et rentes d’accident de travail et maladie professionnelle.

C’est toute la subtilité du “en même temps” de M. MACRON…

 

Mme Danielle SIMONNET. – Je terminerai pour dire que le vœu rattaché à la délibération que je défends exige que l’on n’attende pas un étalement sur trois ans pour maintenir l’allocation que nous avons prévue et que…

 

Téléchargez (PDF, 60KB)