Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu contre toute extension du travail dominical

 

Il y a eu plusieurs vœux sur la question du travail dominical. des vœux pour restaurer la Zone de Tourisme Internationale des Olympiades afin de permettre l’ouverture des commerces le dimanche dans ce quartier qui n’a pourtant rien de touristique, et même un vœu porté par des élu-e-s de La République en marche pour généraliser à tout Paris l’ouverture dominicale des commerces…. 

 

Intervention sur le vœu de l’exécutif : 

Je voterai également contre ce vœu de l’Exécutif, qui est clairement en faveur de la poursuite de l’extension du travail du dimanche sur les Olympiades et qui manie l’hypocrisie du “en même temps” – en même temps, zone commerciale ou zone touristique.

La seule volonté est de piétiner la décision du Tribunal administratif, qui a annulé la création de la zone touristique internationale Olympiades dans le 13e arrondissement, suite à une saisine portée, Monsieur DUBUS, par trois syndicats que je salue ici : S.U.D., C.G.T. et C.F.T.C., qui font partie du “C.L.I.P.-P.” et qui ont bien plus d’adhérents que votre M.E.D.E.F. adoré.

Pour ceux qui se réfèrent au terme “progressiste”, vous piétinez un siècle de lutte sociale dans ce pays pour respecter l’harmonisation des temps sociaux ! Un siècle ! Vous les piétinez avec des arguments sur le tourisme qui ne peuvent tenir une seule seconde face à la réalité. Si vous alliez vous y balader, vous ne verriez rien de touristique dans ce quartier, fort agréable au demeurant. Vous allez tout simplement imposer les grandes surfaces et la grande distribution !

Je reviendrai sur les autres arguments quand je présenterai mon vœu mais non, en aucun cas il ne faut voter ce vœu, mes chers collègues ! Respectez au contraire la bataille qu’ont menée les organisations syndicales et qui a mené à cette très juste décision du Tribunal administratif.

 

Présentation de mon vœu : 

 – Je vous promets, je ne parlerai pas plus de 3,28 minutes, ce qui était le temps de M. DUBUS, pour garantir l’équité, l’égalité totale.

Il n’y a aucun progrès à briser l’harmonie des temps sociaux, à faire en sorte que les uns soient contraints de travailler le dimanche, d’ailleurs, Monsieur DUBUS, je suis persuadée que vous ne seriez pas favorable à ce que nos séances du Conseil de Paris se tiennent le dimanche, pourtant c’est ce que nous devrions, de manière cohérente, demander dans ce cas-là.

Il n’y a aucun progrès social à demander cela aux uns, de fait à leur imposer de travailler le dimanche, d’être contraints, et de faire croire aux autres que le dimanche il n’y aurait rien d’autre de mieux à faire que de pousser un caddie. Il n’y a aucun progrès social à cela.

C’est vrai d’un point de vue social, c’est encore plus vrai d’un point de vue écologique, il n’y a absolument aucun progrès à imposer à la Ville, à nos grandes villes, le même rythme de suractivité le dimanche que tous les autres jours de la semaine.

Au contraire ! Ralentir le temps de la vie en ville au moins un jour par semaine, voilà une sobriété énergétique qui serait bien nécessaire.

Monsieur DUBUS, je le redis, les organisations syndicales qui ont obtenu cette décision du Tribunal administratif, et j’espère qu’elles continueront la bataille et qu’elles en arracheront d’autres, sont bien plus représentatives de nombreux salariés que le M.E.D.E.F. n’est représentatif du patronat. Il ne représente qu’une minorité de grands patrons du CAC 40.

Et précisément, de quels emplois parlez-vous ?

En aucun cas la généralisation du travail le dimanche sur la Capitale ne peut créer des emplois. Les expériences sur d’autres grandes villes ont montré que les emplois se déplaçaient, que des emplois précaires se substituaient à des emplois stables, qu’en aucun cas ce n’était bénéfique.

Par ailleurs, non je ne souhaite pas que Paris devienne une ville uniformisée avec l’ensemble des enseignes que l’on voit partout sur les autres capitales d’Europe. Au contraire, nous devons préserver cette spécificité culturelle, qui est encore un peu respectée dans certains quartiers de Paris.

Maintenant, vous savez, pour être opposé au travail du dimanche, rien de mieux que de lire une belle phrase de Mme HIDALGO avant qu’elle ne retourne sa veste sur ce sujet.

Que disait-elle sur le travail dominical et nocturne en février 2015 ? Elle disait : “Une extension des ouvertures dominicales présenterait un risque de destruction d’emplois dans les petits commerces”.

La Maire de Paris s’exprimait ainsi : “Je souhaite redire mon opposition à la généralisation, mais également à toute extension sauvage du travail du dimanche. Il m’apparaît en effet, plus que jamais, que le dimanche n’est pas, ne peut pas et ne doit pas être un jour comme les autres. Nous porterions également atteinte à un tissu commercial adapté à chaque quartier et incapable de résister à terme à la concurrence des grands magasins”.

Téléchargez (PDF, 70KB)