Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Paris “Capitale européenne de l’Innovation”

Mes chers collègues, cette délibération nous demande, finalement, si l’on accepte ou pas que la Ville reçoive un million d’euros pour ce premier prix du concours “Capitale européenne de l’innovation 2017”. J’ai du mal à voir qui pourrait voter contre cette délibération.

Je tiens évidemment à dire que cette réception du prix marque tout un travail derrière. Monsieur Jean-Louis MISSIKA, vous savez à quel point je peux être en désaccord avec bon nombre de choses que vous avez pu porter dans cette mandature, mais je dois reconnaître que ce prix… Quelque part, votre contribution a sans doute été déterminante. Pour autant, on doit pouvoir toujours débattre de cela.

Première chose, cela vous fera sans doute sourire, mais je trouve que l’Union européenne, si elle souhaite encourager l’innovation, devrait d’autant plus contribuer à aider ceux qui ont le moins de capacité matérielle et financière pour pouvoir y contribuer. Il y a toujours quelque chose d’assez étrange où on va donner 1 million d’euros finalement à la capitale qui, comparée à d’autres villes, aurait sans doute moins de difficultés.

J’aurais trouvé intéressant que des villes européennes en très grandes difficultés, dans lesquelles il y a pour autant face à la crise sociale et écologique des capacités d’innovations énormes faites par des collectifs de citoyens – je pense à énormément de démarches de coopératives dans un certain nombre de villes en Grèce – mériteraient d’avoir justement l’intérêt de l’Union européenne. Mais précisément l’Union européenne les a mises dans cette situation et ne va pas chercher à les y aider.

Ceci étant dit, on reçoit ce prix. Ce que je trouve dommage, c’est que dans la délibération, et je vous le dis et le redis, on n’arrive pas encore à bien sentir concrètement quelles sont les innovations concrètes qui ont été réalisées sur notre Capitale. Je pense qu’il y a un vrai déficit pour rendre vivant, compréhensible, palpable par les citoyens et le citoyennes, les Parisiennes et Parisiens.

Je me suis amusée à demander à différents élus qu’ils me citent des innovations dont ils étaient fiers et qui, selon eux, ont justifié l’obtention de ce prix. Ils étaient bien souvent incapables de me répondre. C’est tout de même qu’il y a un problème.

Maintenant, concrètement, il faut absolument qu’il y ait un autre débat dans une prochaine séance du Conseil de Paris pour que l’on puisse collectivement délibérer des critères qui permettront l’utilisation de ce million d’euros. Il n’a pas vocation à rentrer simplement dans les finances de la Ville et doit absolument être orienté dans la poursuite des innovations.

Mais le terme innovation veut tout dire et rien dire. On peut innover dans le pire sens. On a pu voir des débats auparavant où nous étions en désaccord. Je vois Jérôme GLEIZES qui se prépare à intervenir après moi. Combien de fois nous sommes intervenus contre tout ce qui était Finance Innovation, des projets tous les plus contraires à l’intérêt général les uns que les autres. Puis il y a d’autres domaines, à partir du moment où on répond à des besoins sociaux et à des exigences écologiques qui sont tout à fait pertinentes.

Le groupe Communiste présente un vœu concernant les “Fab Lab”. Concrètement, l’innovation, quand elle se fait dans un cadre à la fois coopératif, solidaire, avec une démarche d’éducation populaire, une volonté en circuit court, bien souvent aussi en adéquation avec l’économie circulaire, c’est-à-dire transmettre des savoirs, partager et mutualiser des supports technologiques, on est là sur des capacités d’innovations qui sont fort intéressantes et fort pertinentes.

Il faut absolument que l’on définisse des critères. Bien souvent, tout le problème derrière ce mot innovation et qu’on peut mettre tout dedans et le pire peut advenir.

Petite parenthèse. Vous savez qu’on s’est souvent vanté sur l’innovation à Paris, notamment en termes de jeux vidéo, que l’on accueille des entreprises très fortes. Au précédent Conseil de Paris, nous avons eu un désaccord sur un vœu que je présentais relatif à “Quantic Dream”, où j’estimais qu’il y avait une culture toxique dans cette entreprise. Il y a d’ailleurs plusieurs démarches aux Prud’hommes en cours et un certain nombre d’articles de presse ont dénoncé la situation. Depuis, vous avez aussi une grève très forte à “Eugen Systems”, autre entreprise. Un syndicat des travailleuses et travailleurs du jeu vidéo s’est d’ailleurs créé qui commence aussi à faire des émois à l’International car, dans ce nouveau secteur extrêmement innovant, c’est le Moyen Age au niveau du respect du Code du travail.

Juste pour votre information, j’ai été mise en demeure par l’entreprise “Quantic Dream” qui me demandait carrément, ni plus ni moins, de retirer le vœu de mon site personnel, le vœu étant de toute façon public, il a été sur le site de la Ville de Paris et débattu ici, évidemment que je ne l’ai pas retiré. Mais vous voyez la philosophie à un moment donné de “start-up” soi-disant super innovantes.

J’en terminerai là mais j’aimerais bien que l’on ait ce débat à une prochaine séance.

Je vous remercie.