Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu relatif au Forum des Images, rattaché à la délibération DAE 196

Mme Danielle SIMONNET. – Madame MÉHAL, je dirai que le diable se cache bien souvent dans tous ces “en même temps”, qui pourraient bien se contredire.

On a, je pense, sur le Forum des images, trois sujets : celui des missions, des objets – à quoi va-t-il servir, ce projet à venir ? -, celui des emplois – que vont-ils devenir ? Qui va faire quoi ? -, et ensuite, celui des moyens – d’où vient l’argent ? Est-il d’un montant suffisant ? Comment le choisit-on ?

Prenons le premier sujet. Je pense que la réussite et le rayonnement du Forum des images ne sont plus à démontrer. Tout le monde le reconnaît et reconnaît la qualité du travail qui est, par ailleurs, salué par le public, le corps enseignant et l’ensemble des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel. Tout le monde reconnaît aussi la nécessité de préserver absolument cette collection unique de films sur Paris et les Parisiens, dans laquelle la Ville a investi depuis 30 ans. C’est une ressource essentielle du travail sur la mémoire de notre ville. C’est capital. C’est un patrimoine de plus de 9.600 films qui nécessitent d’être bien conservés, de pouvoir continuer à être diffusés et qu’il y ait toujours bien des activités autour de cela.

Le Forum des images est un lieu unique de transmission, de partage, d’éducation aux images et d’ouverture au monde, un modèle de démocratisation culturelle, d’appropriation sociale de la culture, d’éveil de l’esprit critique, d’organisation de projections, rencontres, cours de cinéma, ateliers éducatifs. On interroge les pratiques des enfants, des adolescents, leur expérience de la réalité virtuelle. Le Forum des images a multiplié des initiatives très innovantes et des approches pour s’adresser à toutes et à tous, sans distinction d’âge ou d’origine sociale. Que se passe-t-il ? Pourquoi sommes-nous inquiets ? Parce que l’on a un peu le sentiment que l’on va y plaquer l’école Tumo. On plaque cela dessus. Une école Tumo qui sera peut-être, sans doute, très intéressante. Un centre de création numérique dont l’objectif est d’accompagner des jeunes de 12 à 18 ans pour qu’ils puissent, eux aussi, accéder à ces langages de l’informatique, de l’économie et du numérique. On importe quasiment clé en main l’école Tumo d’Erevan, d’Arménie.

Excusez-moi, mais il ne suffit pas qu’il y ait les mots magiques “innovation”, “numérique”, pour qu’il y ait, derrière, un projet éducatif et pédagogique d’envergure. Je vous demande quand même d’entendre ce scepticisme qui n’est pas simplement le mien, mais qui est partagé par nombre de personnes qui s’interrogent. Tout à coup, il y a les mots magiques, tout à coup, il faut s’incliner. On a le sentiment qu’il faudrait s’incliner pour oublier toutes les missions d’avant. Eh bien, non, on a une réelle inquiétude sur ce que vont devenir ces 9.600 films et toutes les activités que j’ai citées auparavant.

Le problème, c’est que l’enveloppe est contrainte et que, pour les moyens qui sont alloués, on a un peu l’impression que le résultat va se traduire par la substitution d’un projet à un autre. Que se passe-t-il au Forum des images depuis un bout de temps ? C’est le recours aux CDD et aux contrats précaires. Il y a donc une inquiétude : plus de la moitié des CDD pourraient bien être menacés par l’arrivée du projet Tumo qui justifierait, de la part des ressources humaines du Forum des images, d’accompagner vers la porte de sortie un certain nombre de personnes qui y travaillent. Donc, oui, il y a un sujet.

Ensuite, troisième sujet : d’où vient l’argent ? Je m’appuie sur le travail qu’a pu faire le groupe Communiste au précédent Conseil, notamment au moment du budget. Je souhaiterais donc que le groupe Communiste ne fasse pas preuve d’un sectarisme absolu, comme je l’ai entendu de la part de Raphaëlle PRIMET, et qu’au contraire, elle se félicite que l’on reprenne les travaux du groupe. Parce que qu’est-ce que le groupe Communiste a fait ? Il a mené tout un travail sur la question du fabriqué à Paris, sur la question de la relocalisation de l’activité. Ce n’est pas pour rien qu’à un moment donné, la Ville a gagné le prix de l’innovation. C’est aussi par rapport à la spécificité de ce travail, du fabriqué et du refabriqué à Paris, que la candidature de Paris avait été présentée.

Il y a donc une contradiction entre le fait de voter des amendements au budget pour dire que le million d’euros – ou à la délibération quand on avait reçu ce prix – que l’on a reçu du prix du concours européen “iCapital” permette bien de soutenir les dispositifs permettant de relocaliser la production, d’ouvrir un soutien aux “fab labs” pour penser la ville dans une dynamique de “fab city”, et que l’on se retrouve à l’arrivée…

Si vous lisez la délibération, chère Raphaëlle PRIMET, sachez que 70 % du montant est basculé sur l’unique centre de création numérique. C’est quand même une sacrée contradiction en très peu de temps. En quelques mois, tout l’argent, le million – quasiment 70 % – est mis dans cette création numérique. Voilà pourquoi, personnellement, je n’approuverai pas cette délibération. Je demande, à travers un vœu, qu’elle soit retirée parce que, manifestement, les choses ne sont pas mûres, ne sont pas prêtes, et que l’on se préoccupe bien de préserver le projet du Forum des images.

Concernant l’école Tumo – je terminerai par cela – qu’on lui donne les moyens de pouvoir se développer et fonctionner, mais que ce ne soit pas pris sur le Forum des images et que les emplois du Forum des images soient bien préservés et même déprécarisés.

 

Téléchargez (PDF, 433KB)