Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu relatif à la municipalisation de Vélib’

Mme Danielle SIMONNET. – Mes chers collègues, oui, la situation de Vélib’ est un terrible fiasco, un fiasco pour l’ensemble des usagers – le dispositif ne fonctionne pas – mais c’est aussi une catastrophe pour les salariés. Jusqu’à présent, tous les vœux qui ont été présentés ne parlent pas des salariés.

Mes chers collègues, je vous invite demain à 10 heures sur le parvis de l’Hôtel de Ville. Vous pourrez rencontrer les grévistes.

Les conditions de travail sont déplorables, pour celles qui sont imposées par “Smoovengo” à ses salariés. Ils sont trois fois moins nombreux qu’ils ne l’étaient lorsque c’était “Cyclocity”, la filiale de JC Decaux, qui gérait Vélib’, pour un dispositif qui était moins vaste. Ils doivent travailler de nuit avec seulement 10 % de majoration salariale. Aucune majoration pour les dimanches et jours fériés.

Mes chers collègues, il faut savoir que, si c’est “Smoovengo” qui a emporté le marché, c’est notamment parce que l’offre de “Smoovengo” a usé du dumping social. La “start-up” de Montpellier a remporté le marché parce que le prix comptait pour 40 % dans le choix final. J’ajoute à cela que, parmi les personnes qui ont participé à la rédaction de l’appel d’offres du contrat Vélib’, figure un proche du patron et proche de la P.M.E. “Smoove” qui dépend de “Smoovengo”. Ce qui laisse craindre un grave conflit d’intérêts et nécessiterait une enquête approfondie. Vous ajoutez à cela qu’au lieu de participer et d’organiser un vrai dialogue social, une vraie négociation, la direction de “Smoovengo”…

Vous pouvez écouter un peu ! Il y a juste 30 personnes qui risquent leur emploi. Vous vous en moquez ? Si, je suis obligée de crier. Il y a un brouhaha. Il y a 30 personnes qui risquent de perdre leur emploi. Il y a eu des entretiens préalables de licenciement qui ont été envoyés ce lundi.

Or, on sait pertinemment également, à moins que nous n’ayez pas suivi la presse, que quand “Smoovengo” a repris une partie des salariés de “Cyclocity”, il y a eu un marché, ils ont encaissé 3 millions d’euros de la part de la filiale de JC Decaux qui s’est dit, “c’est bien, cela m’évite un plan social de l’emploi”.

 

Mme Danielle SIMONNET. – Monsieur Christophe NAJDOVSKI, et dites-le à la Maire de Paris et à l’ensemble de la majorité, vous portez une grave responsabilité, pas seulement que le système Velib’ fonctionne, mais que ses salariés ne perdent pas leur emploi.

Je souhaite vraiment que la Ville communique l’ensemble des éléments du dossier, qu’elle soutienne les grévistes, qu’il n’y ait aucune perte d’emploi et qu’enfin, vous étudiiez la municipalisation de Vélib’.

 

Téléchargez (PDF, 315KB)