Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Création du COJO pour les JO Paris 2024

Mme Danielle SIMONNET. – Ah la, la ! Mais que de naïveté n’ai-je entendu ? Mes chers collègues, ce que nous aurons en héritage, ce sera surtout une dette : la dette des J.O.

Donc, non, je ne me réjouis pas de ces Jeux olympiques. Comme le groupe Ecologiste de Paris, je reste opposée à l’organisation de ces Jeux olympiques sous leur forme actuelle, parce que cela reste un événement pharaonique, avec des équipements qui ne correspondent pas aux besoins les plus urgents de la population.

Ce sont des budgets qui seront dépassés, on l’a déjà vu. Rien que la plus petite bagatelle de balade à Lima pour récupérer la réponse pour laquelle il n’y avait absolument aucun suspens, cela a coûté plus de 1,5 million. Je suis donc persuadée que tout continuera à exploser.

Regardez la loi olympique : aucune bataille de la France concernant la loi olympique alors que Los Angeles, elle, serait en capacité d’exiger du C.I.O. qu’il s’adapte aux exigences de Los Angeles. Là, non, on leur a déroulé le tapis rouge et on s’est aplati sur tout ! Résultat : les Jeux olympiques vont pouvoir déroger à beaucoup d’éléments de la loi française. Ils pourront déroger au code de l’environnement, déroger au code de l’urbanisme par un envahissement publicitaire de la capitale, comme s’il n’y avait déjà pas trop de publicité sur Paris.

S’il y a des bénéfices, ce sera pour les organisateurs et s’il y a des déficits, ce sera pour l’Etat et la ville hôte. Résultat : on va avoir six mois de matraquage de la fête des sponsors, et non pas de la fête du sport, pour quelques semaines de jeux.

Maintenant, regardons la question vraiment du document qui nous est soumis concernant le C.O.J.O. J’ai lu attentivement et je suis assez étonnée que les collectivités sites, par exemple, n’aient qu’une voix consultative à l’Assemblée générale. Elles ne vont même pas siéger au Conseil d’administration. Les acteurs publics sont minoritaires. Parmi eux d’ailleurs, le 93 est le moins bien loti. Les représentants des organisations syndicales des salariés, c’est pareil, ils n’auront qu’une voix consultative.

Alors, on nous parle par ailleurs de la transparence, des jeux sobres. J’ai entendu les collègues qui, avec beaucoup de conviction, disent : Ah ! On voudra savoir et avoir un droit de regard sur le montant des rémunérations. Mais vous serez minoritaires ! Les acteurs publics seront minoritaires dans ce conseil d’administration et minoritaires dans cette Assemblée générale. C’est le conseil d’administration qui va fixer par ailleurs les indemnités. On n’aura donc pas de réponse par l’Exécutif sur le montant notamment du président du C.O.J.O., puisque c’est le C.A. qui le fixera. Est-ce que il y aura des jetons de présence dans ce C.A. ? On ne le saura pas, c’est le C.A. qui le fixera. Et comme vous ne serez pas majoritaires dedans, vous pourrez dire également : ce n’est pas de notre faute.

Voilà, c’est comme ça que cela va se passer.

On vote sur un règlement intérieur, cela tombe bien, on n’a même pas le texte ! Tout est fait pour que tout cela se passe de manière totalement opaque.

Donc, non. Je reste, vous le voyez, sur le sujet de la délibération mais il y aurait tellement de choses à dire par ailleurs sur ces Jeux olympiques. J’ai commencé à en dire hier concernant la convention entre Paris et le 93 sur ce mythe que les Jeux Olympiques vont permettre le développement du 93 ; je le souhaiterais et j’en serais ravie. Mais je le dis encore une fois, sur la porte de la Chapelle, je ne pense pas que le besoin, ni des Parisiens, ni des habitants des communes limitrophes, ce soit un Arena 2. Rien qu’en plus le “naming” Arena, quelle caricature. Vous avez vu comment nous parlons maintenant, ici, dans cette Assemblée ? On ne peut plus dire un grand stade omnisports qui permet aussi du spectacle. Non, on est obligé de donner la marque pour que tout le monde se comprenne. On n’a pas besoin d’un deuxième grand Coca-Cola Arena ou d’un je-ne-sais-quoi 2 à cet endroit-là. On va l’appeler avec la marque, le “naming”, exactement comme celui de Bercy auparavant, c’est ainsi que cela se terminera.

Je pense et je le redis, sur le 93, ce n’est pas d’une grande piscine olympique que l’on a le plus besoin. On aurait besoin de bassins écoles. Il manque énormément d’équipements de natation, puisque vous avez un jeune sur deux dans le 93 qui ne sait pas nager. Est-ce qu’on se préoccupe de cela ?

Je terminerai juste : vous n’avez cessé de nous dire que les Jeux olympiques permettraient d’encourager la pratique du sport. J’espère bien que la DASCO va être secouée comme il le faut pour que les colonies de vacances soient restaurées dès cet été, car c’est notamment dans ces colonies de vacances que beaucoup de jeunes découvrent de nouveaux sports.

Je vous remercie.