Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Conseil de Paris 13-15 juin : dossier de presse

Conseil de Paris 13-15 juin : dossier de presse

Dossier de presse de Danielle Simonnet (Parti de Gauche) – Conseil de Paris des 13, 14 et 15 juin 2016

 

  • Grèves pour le retrait de la Loi Travail

Paris et Marseille sont sous les ordures. Pour que ça cesse, la solution, c’est de mettre la Loi Travail à la poubelle !  A Paris, Anne Hidalgo vient à la rescousse de Hollande et de sa loi en demandant à la préfecture d’évacuer les garages et de mettre fin à la grève au nom de l’Euro 2016… Dans le même temps Valls se dit prêt à abuser de la Réquisition vis à vis des cheminots du RER, à l’instar de Sarkozy en 2010, pourtant condamné pour remise en cause du droit de grève par l’OIT….  Les grévistes défendent l’intérêt général. Je continue à soutenir la mobilisation, jusqu’au retrait de cette loi minoritaire, qui va pourrir nos vies à tou-te-s pour les prochaines décennies ! J’interviendrai lors du meeting unitaire du dimanche 12 juin au Théâtre Dejazet.

  • Budget supplémentaire 2016

Je voterai contre le budget, comme j’ai voté contre le budget primitif. Les jeux d’écriture, comme celui réalisé grâce aux plus de 400 millions récoltés auprès des bailleurs qui ont payé cette année l’intégralité du loyer pour les conventionnements réalisés, ne suffisent pas à masquer la politique d’austérité qui s’applique à Paris, à laquelle Hidalgo ne s’oppose pas réellement.

  • Si Hollande a annoncé que la baisse serait moins importante que prévue, les dotations de l’Etat sont néanmoins toujours en baisse.

⇒ Dotation de l’Etat : – 179,9 millions d’euros en 2016 par rapport à 2015

Voeu pour le refus de la baisse de dotation de l’Etat et la refonte du système de péréquation

  • Les dépenses de péréquation augmentent encore cette année : poursuite de l’austérité horizontale : au lieu de donner plus de moyens à ceux qui en ont le plus besoin, l’Etat retire à ceux dont il pense qu’ils ont plus. Il faut exiger une refonte du système de péréquation !

⇒ Cette année, les dépenses de péréquation s’élèvent à 490 millions d’euros !

Voeu pour le refus de la baisse de dotation de l’Etat et la refonte du système de péréquation

  • Sous Sarkozy, la Ville estimait chaque année la dette de l’Etat à la Ville de Paris, du fait du transfert de compétences non compensé de moyens et exigeait son remboursement. Depuis 2012, ce n’est plus le cas. Pourtant, la même politique d’austérité se poursuit ! Exigeons le remboursement de la dette de l’Etat à Paris !

⇒ Fin 2011, Bertrand Delanoë chiffrait cette dette à 1,3 milliards d’euros. D’après mes calculs, elle s’élève maintenant à plus de 2,5 milliards !

Voeu pour le remboursement de la dette de l’Etat à la Ville de Paris

  • S’opposer (vraiment) à l’austérité ! Hidalgo aime à être qualifiée de quasi “frondeuse” et prétend s’opposer à l’austérité. Mais ce n’est que de la communication, jamais une opposition réelle, qui nécessiterait au moins de mobiliser la population contre l’austérité ! Nombre de communes ont organisé des marches des Plumés de l’austérité, pour mener cette bataille et encourager la prise de conscience des méfaits de l’austérité. La Ville de Grenoble avait organisé le 25 novembre dernier une journée ville morte. Qu’attend Hidalgo pour s’opposer (vraiment) à l’austérité ? Que toutes les autres collectivités, bien moins riches, soient totalement asphyxiées ?

 

  • “Brigade des incivilités” ou police municipale ?

Qui peut croire que des matraques soient nécessaire pour la prévention et la verbalisation des crottes de chiens, des mégots par terre ou des terrasses qui débordent le trottoir ?

En prévoyant de créer une brigade de lutte contre les incivilités, renforcée par un transfert de 110 Agent de Surveillance de Paris de la Préfecture de Police à la Ville et dotée de matraques, Madame Hidalgo ne serait-elle pas tranquillement, au mépris des refus d’hier, de créer une police municipale ?

Parce que j’y suis pour ma part toujours opposée, et attachée à la police républicaine, fonction régalienne de l’Etat, je m’opposerai à cette décision, qui par ailleurs au passage se traduit par une petite économie de 100 000 €, comme si l’on pouvait faire mieux avec moins…..

  • Déprécarisons les agents de la Ville !

Les vacataires de la Ville de Paris subissent des conditions de précarité inacceptables. Alors qu’ils travaillent sur des postes correspondant à des besoins permanents, je demande qu’ils aient accès à un CDI, comme l’exige la loi. Qui plus est, la ville a commis de nombreuses irrégularités dans leurs rémunérations et leur accès aux droits (vacations payées 4h30 pour 5h travaillées, vacations payée au SMIC horaire sans tenir compte de la revalorisation du SMIC, non accès aux droits à l’AGOSPAP et à l’APS). Je dépose 4 vœux pour améliorer leurs conditions :

 

  • Pour un accueil digne des réfugiés et migrants

L’annonce d’Anne Hidalgo de la création d’un camp humanitaire d’accueil des migrants est une bonne nouvelle. Mais la capacité d’accueil de ce camp est encore floue : l’annonce faite d’un accueil de 100 à 200 personnes d’ici un an pour une progression jusqu’à 500 à 1000 personnes accueillies n’est pas suffisante. Aussi, d’autres solutions pérennes doivent être engagées face à l’urgence humanitaire.

Vœu relatif au “camp humanitaire”, pour un accueil réellement digne des exilé-e-s

  • Pour une rue ou un lieu au nom de Robespierre à Paris !

220 ans après sa mort, Robespierre, qui a défendu, souvent bien seul, le suffrage universel, l’abolition de l’esclavage, l’abolition et la peine de mort, celui à qui l’on doit le triptyque Liberté – Egalité – Fraternité, qui a co-gouverné avec probité la Révolution dans la période où elle était le plus furieusement attaquée, n’a toujours pas de rue ou de lieu à son nom à Paris !

La caricature de Robespierre en “tyran sanguinaire” est un mensonge. Le vœu que je dépose pour une rue ou un lieu au nom de Robespierre à Paris est d’ailleurs soutenu par des historiens spécialistes de la période, qui jugent incompréhensible de ne pas prendre en compte l’apport de Robespierre à notre République : lire leurs courriers ici.

Alors que le groupe UDI-Modem dépose une délibération pour un parcours de la Révolution Française, je défendrai ce vœu :

Vœu rattaché à la délibération 2016 UDI-MoDem 1 “Pour une rue, une place ou un lieu de mémoire à Paris consacré à Maximilien Robespierre”

 

  • Ile de la Cité et Hôtel-Dieu

Le Président de la République a décidé de confier à l’architecte Dominique Pernault et au président du Centre des monuments nationaux, Philippe Bélaval, une mission d’étude et d’orientation sur ce que pourrait être la place de l’île de la Cité à l’horizon des vingt-cinq prochaines années, en accord avec la Mairie de Paris. Mais il est d’ores et déjà prévu que près de la moitié de la superficie de l’Hôtel-Dieu échappe à toute fonction hospitalière et puisse engranger des  redevances en exploitation …

Pour que l’île de la Cité ne devienne pas définitivement une île musée et de la spéculation, je défendrai un vœu.

Vœu relatif à l’avenir de l’île de la Cité et de l’Hôtel-Dieu   

 

  • Vaincre l’autisme

Le 3ème Plan Autisme du gouvernement fait le choix plus que contestable de cloisonner la prise en charge dans le secteur médicalisé au détriment d’une ouverture sur l’éducation, de nouvelles

manières de prendre en charge l’autisme et méprise les structures innovantes comme les FuturoSchool de l’association Vaincre l’autisme. Pire, l’IGAS et les ARS ont décidé de mener une pression inacceptable à leur encontre. La ville de Paris doit restaurer ses financements, reprendre contact avec l’association et entendre la détresse des familles condamnées à partir en Belgique ! Après la grève de la faim du Président de l’association, la ville va t-elle enfin daigner cette reprise de contact ?

Vœu de soutien à l’association “VAINCRE L’AUTISME” et à la FuturoSchool innovante parisienne

  • Défendre le maintien des cours individuels de musique dans les centres d’animation !

A ce conseil, une délibération sur les modifications tarifaires dans les centres d’animation vise à acter la fin des cours individuels. Comme nombre d’usager et d’intervenants je m’y oppose au travers d’un amendement à la délibération. Le PG participera au rassemblement organisé à ce sujet ce dimanche afin de faire connaître mon amendement et de soutenir la mobilisation.

Amendement à la délibération DJS 195 relative aux centres d’animation de la Ville de Paris “Pour le maintien des cours individuels de musique à Paris dans les centres d’animation”  

 

  • Défendons les ateliers sociolinguistiques sans tri des migrants !

Je dépose un vœu pour que la Maire de Paris interpelle le gouvernement pour qu’il maintienne et augmente le subventionnement de l’apprentissage du français à l’ensemble des publics, sans le conditionner à l’inscription de ces derniers dans un contrat d’accueil et d’intégration (aujourd’hui contrat d’intégration républicaine). En effet, le gouvernement a décidé de ne permettre l’apprentissage du français qu’aux nouveaux arrivants et exige des associations qu’elles fassent le tri !

Vœu relatif aux ateliers sociolinguistiques     

  • Fabriques culturelles : pas en substitution des équipements existants et sur la base de jury pluriels

La ville a donc réussi à imposer la fabrique culturelle en fusionnant le centre d’animation Les Amandiers et le 20e théâtre et en évinçant les deux associations et équipes qui les dirigeaient. Même si je souhaite la réussite à la nouvelle structure qui arrive, je dépose un vœu pour que toutes les garanties sur le devenir des emplois et des activités soient données. Aussi, je dénonce un jury composé exclusivement d’élus de la majorité et d’administration. Drôle de début dans l’éducation populaire ! Et je souhaite que les futures fabriques culturelles ne soient pas créées en substitution d’équipements existants.

Vœu relatif à la “Fabrique culturelle” fusionnant  le Vingtième Théâtre et le centre d’animation des Amandiers et aux futures Fabriques culturelles parisiennes

l

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *