Pages Navigation Menu

Front de Gauche - "À Paris, place au peuple !"

Budget, privatisation de la verbalisation du stationnement, extension du travail dominical et course à la pub …

Budget, privatisation de la verbalisation du stationnement, extension du travail dominical et course à la pub …

La ville dénonce l’austérité imposée par l’Etat mais n’envisage aucune initiative pour créer un quelconque rapport de force.

Paris est une ville riche et se retrouve de fait beaucoup moins étranglée que les autres collectivités. Mais en ne résistant pas, elle se rend de fait complice de l’asphyxie de l’ensemble des autres collectivités locales. Et pour les parisiennes et les parisiens, son acceptation de la baisse quasi totale des aides de l’Etat, la conduit à nombre de renoncements libéraux.

 

L’austérité de Hollande et Valls coûte au moins 4 Milliards € à la Ville de Paris !

La baisse des dotations de l’Etat à la collectivité parisienne, ajoutée à la hausse des contributions de la Ville à la péréquation de solidarité des territoires, le tout cumulé depuis 2012, atteint en effet les 4 milliards d’euros, soit la moitié du budget annuel de la Ville de Paris. A cela s’ajoute la dette de l’Etat due aux parisiens du fait du transfert de charges non compensée de moyens : Delanoë exigeait son remboursement sous Sarkozy, Hidalgo a effacé l’ardoise sous Hollande bien qu’il poursuive la même politique que Sarkozy…

 

Austérité, autofinancement et privatisations…

La contribution de la Ville aux fonds de péréquation atteignant quasi l’équivalent du montant des dotations de l’Etat, la Ville doit donc dorénavant quasi autofinancer seule ses politiques publiques. Résultat, la ville court vers de nouvelles recettes : poursuite de la vente du patrimoine, hausse des tarifs du stationnement, course à la pub sur les édifices religieux qu’elle dénonçait auparavant sur les monuments historiques, fermetures programmées de services publics (comme les Maisons des Associations des arrondissements du centre) et le pire est à venir avec la privatisation de la verbalisation du stationnement…

 

Résultat, Paris poursuit sa gentrification et il faudrait s’en féliciter ?

Dans le débat sur les orientations budgétaires, l’exécutif en vient même à se féliciter d’une baisse constatée des dépenses sociales et d’une hausse enregistrée des recettes liées à la fiscalité immobilière. Les deux sont en effet liées mais de la pire façon … La cherté de la vie parisienne avec ses loyers élevés continue d’aggraver l’exode hors de Paris des couches populaires et moyenne du salariat. La spéculation immobilière chasse de Paris les plus pauvres et renfloue en même temps les caisses de la Ville, pas de quoi de s’en enorgueillir !

 

Pourtant, étant une des ville qui a le moins recours à l’emprunt (très en deçà des villes de Lille et de Marseille), Paris pourrait assumer une politique bien plus volontariste en matière d’investissement. Derrière son autosatisfecit à ce sujet, rappelons qu’elle n’ambitionne hélas que d’appliquer le minimum exigé par la loi en portant l’objectif de 30% de logements sociaux en 2030. Pour l’heure, l’ensemble des services publics et administrations craquent sous les sous effectifs, les stratégies dites de redéploiements de postes et une précarité très loin d’être résorbée.

 

Débat sur ces orientations budgétaires, un joyeux bal des hypocrites en perspective.

Qu’attendre de plus de la droite vu que les 7 candidats à la primaires défendent tous peu ou prou une baisse d’au moins 20% des dotations de l’Etat aux collectivités locales ? Et que dire des partenaires de la majorité qui n’ont cessé de vanter qu’Anne Hidalgo incarnait une gauche bien différente de celle du gouvernement, au moment où elle accentue le matraquage publicitaire des Églises aux Autolib’, privatise le stationnement et veut farouchement imposer les 12 dimanche ouvrés maximum prévus par la loi.

L’opposante à Macron d’hier, fait du 100% Macron aujourd’hui.

Pendant ce temps, la Maire de Paris attend le démantèlement du campement des exilés de Stalingrad, qui tout comme celui de Calais auquel il est lié, ne résoudra rien sans changement radical de politique en matière d’accueil et d’accès aux droits…

Mes vœux déposés à ce conseil :

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *