Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Budget en berne à Paris, sauf pour les JO !

Budget en berne à Paris, sauf pour les JO !

Retour sur le Conseil de Paris de Décembre

 

Ce conseil de Paris était celui du vote du budget de la Ville et du département pour l’année 2018. J’ai voté contre.

Après des années de baisse des dotations de l’Etat aux collectivités et à Paris, Macron attaque maintenant dans l’os. Par sa méthode de  “contractualisation” Macron conditionne les dotations de l’Etat aux engagements des collectivités à appliquer des politiques d’austérité : réduction de la masse salariale et donc dégradation des services publics, baisse des subventions, et diminution des recours à l’emprunt… Les conséquences pour Paris ? 1,3 Million d’€ en moins pour l’AGOSPAP, la structure qui gère les oeuvres sociales et culturelles des agents de la ville !

Pour la première fois, des suppressions de postes, aggravées par la suppression des contrats aidés. Des baisses dans les budgets alloués à l’aide sociale comme si la misère reculait à Paris ! Des coups de rabots dans la culture, dans l’économie sociale et solidaire, etc….. Mais pendant ce temps-là, Paris et le gouvernement s’obstinent à organiser les Jeux Olympiques et ce sont aussi JCDecaux, Vinci, LVMH, les intérêts privés qui grignotent petit à petit toujours plus la capitale. Pourtant, les rapports comme celui sur la gestion des piscines, démontrent que les régies directes sont moins coûteuses au contribuable ! Mais la logique libérale préfère laisser nombre de services publics gérés sous Délégations de Services publics ou Marché enrichir les intérêts privés ! C’est même là que réside toute la logique des politiques d’austérité qu’ils nous imposent…

 

Je présentais 14 amendements et voeux rattachés à ce débat budgétaire que vous pouvez retrouver en bas de cet article. J’ai par ailleurs défendu une subvention (sans succès à cette étape) pour la coopérative Coopcycle des livreurs à vélo et comme le groupe EELV j’ai soutenu la maison d’archives et d’exposition des mémoires LGBTQI avec pour ce dossier l’engagement d’une première subvention de 10 000€ et un local.

 

J’ai profité du débat sur le budget de la Préfecture de Police pour l’interpeller sur la légalité de la constitution d’un fichier des plaques d’immatriculation via les entreprises privées chargée de la verbalisation du stationnement depuis sa privatisation. J’ai dénoncé la volonté du gouvernement d’opérer un tri des exilés dans les centres d’hébergement d’urgence, atteinte inacceptable à l’inconditionnalité de l’accès à l’hébergement. Le lendemain, l’exécutif s’engageait contre le projet de circulaire par le biais d’un voeu de l’exécutif. Face à l’insuffisance de place en hébergement d’urgence, j’ai proposé que l’ancien hôpital du Val-de-Grâce soit transformé de façon pérenne en centre d’hébergement d’urgence. J’ai interpellé le Préfet sur les étudiants étrangers, qui se voient bloqués à paris pour déposer leurs dossiers de régularisation. je participe régulièrement aux rassemblement du réseau Université sans frontière (RUSF).

 

Ce conseil a de nouveau été l’occasion d’aborder le plan social le plus scandaleux imposé par Macron, la suppression massive de contrats aidés. Non seulement la ville se doit de titulariser ceux qui à la ville répondent à des besoins permanents, mais elle doit également aider le mouvement associatif financièrement et s’impliquer dans la bataille.

 

Comme vous le savez, je ne cesse de soutenir les kiosquiers. La liberté de la presse repose sur ces travailleurs indépendants surexploités. Rien n’était prévu pour indemniser les kiosquiers pendant le changement de kiosques qui les empêchera de travailler pendant 3 semaines ! J’ai obtenu l’ouverture de négociation avec les syndicats de kiosquiers en vue d’une indemnisation hebdomadaire par jour sans kiosque.

 

J’ai interpellé à ce conseil la ville de Paris sur le dépeçage en cours de l’Hôtel-Dieu : un tiers du bâtiment, la façade face à Notre Dame fera l’objet d’un projet de “valorisation” dont l’objectif est de ramener des recettes à la ville et à l’AP-HP. En dehors des logements étudiants prévus (une bonne chose), l’accueil d’entreprise de santé et d’espaces de convivialité reste totalement opaque et plus que discutable. D’autant que sur les deux tiers restants de la surface de l’Hôtel Dieu, la priorité est donnée à l’hébergement d’activités administratives et universitaire. Que restera t-il aux soins ? C’est que l’AP-HP anticipe les coupes budgétaires contre l’hôpital, malgré la terrible souffrance qui y règne : déjà 9 suicides en un an

 

J’ai saisi le conseil sur la nécessité d’interpeller le gouvernement pour que l’encadrement des loyers soit restauré, en permettant cette fois-ci l’encadrement à la baisse dans les zones tendues. Mais la priorité du gouvernement est bien plus de permettre aux spéculateurs de l’immobilier de s’enrichir sur le dos du logement social, attaqué par les mesures liées aux APL. La Ville de Paris continue à réserver 30% des logements sociaux à des PLS, logement certes social mais aux loyers plus élevés, réservés à des demandeurs de logements sociaux ayant des revenus plus élevés. 90% des demandeurs de logements sociaux sont éligibles aux logements réellement sociaux que sont les PLAI PLUS ! Résultat, à la Porte de la Chapelle, des locataires en logements sociale PLS se retrouvent surendettés et menacées d’expulsion ! L’exécutif a promis de s’en préoccuper… dossier à suivre, croyez-moi, je les relancerai !

 

Ce conseil a également permis de débattre de nouveau sur la démocratie participative, beaucoup de com’ de la ville sans que les parisien-ne-s ne soient sollicités sur les gros dossiers, comme les Jeux Olympiques, le compteurs Linky, les projets d’aménagement contestés comme le Carrefour de Gambetta ou encore la Tour Triangle.

 

Je suis intervenue de nouveau contre l’ouverture dominicale des grandes enseignes, pour soutenir le marché de la création et en soutien aux salariés de Mc Donalds en lutte contre la franchisation de plusieurs restaurants de l’enseigne sur la capitale.

 

Je n’ai pu présenter mon voeu de soutien à la lutte qui s’engage contre le changement de statut à l’école du Breuil, car j’étais invitée sur un plateau télé pour intervenir sur Notre Dame des Landes. Mon voeu a néanmoins été présenté par le groupe communiste et je reste impliquée aux côtés des enseignants, élèves et jardiniers de cette école municipale à préserver.  Par contre, mon voeu sur les salariés de Vélib n’a pas été présenté et pour cause : Les salariés ont gagné ! Preuve que la lutte paye ! Smoove, l’entreprise reprenant le marché après Cyclocity, filiale de JC Decaux a finalement cédé et accepté de réembaucher les 248 salariés chargés de la maintenance, et en respectant leurs droits liés à l’ancienneté. La ville les avait condamnés au chômage, par leur lutte ils ont défendu leur emploi et leur droit ! Terminons l’année sur cette victoire, ce bel espoir : Ne relâchons jamais le combat !

 

Mes interventions :

 

Amendements et vœux rattachés aux délibérations du budget :

Autres vœux :

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *