Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

A Tokyo comme à Paris, Non aux JO !

A Tokyo comme à Paris, Non aux JO !

A un an de la tenue des jeux olympiques de Tokyo, je participerai aux rencontres internationales des collectifs anti JO et à la manifestation du mercredi 24 juillet à Tokyo. 

 

Les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 représentent une opération scandaleuse de communication au service du déni de l’accident majeur de Fukushima. La programmation de ce grand spectacle sportif est utilisée par le gouvernement de Shinzo ABE pour effacer les traces de l’accident, banaliser la radioactivité et « normaliser » la situation au nom de la reconstruction. Pire, le Comité Japonais des JO (JOC) a même proposé et obtenu du CIO de faire passer le porteur de la flamme Olympique sur une route nationale de Fukushima en zone contaminée et d’organiser les matchs de baseball à Fukushima, ville faiblement contaminée mais qui devrait être considérée comme zone de contrôle administrée. 

 

Un budget astronomique est prévu pour l’organisation de ces JO de 2020, 1.800 milliards de yen (16 Mds d’€), alors même que les réfugiés de Fukushima subissent toujours une extrême précarité et que ces moyens financiers seraient si utiles à la sécurisation de la centrale endommagée et à l’indemnisation des personnes déplacées. 

 

Le CIO envisagerait dorénavant de demander aux villes intéressées d’organiser un référendum avant toute candidature. Si cette clause avait existée pour Tokyo, un débat aurait pu avoir lieu pour définir la priorité : organiser des jeux pour oublier Fukushima ou orienter les moyens publics pour réparer et accompagner les réfugiés ? 

 

A Paris aussi, j’exige que l’organisation des JO de 2024 fasse l’objet d’un référendum. Aux citoyen-ne-s de choisir si la priorité, au vu de l’urgence climatique, est bien d’organiser ces JO dont le coût colossal dépasse déjà les prévisions et ses grands projets inutiles imposés au mépris des besoins des populations. 

 

Lors de ce court séjour à Tokyo, je rencontrerai des personnalités politiques (Mme Mizuho FUKUSHIMA, avocate et l’ancienne chef du parti social-démocrate, actuelle sénatrice, et Mme Matsushita, Maire de Musashino) et de la société civile engagées contre les JO de Tokyo ainsi que des représentants de collectifs anti JO du monde entier, dont le représentant pour la France, Frédéric Vial et le représentant de Los Angeles. 

One Comment

  1. “Laissez un Commentaire”, serait tout aussi bien voire mieux, libellé en FRANÇAIS

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *